Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 11:21
Par Corinne LEPAGE, Présidente de Cap 21.
Pourquoi la question de la politique extérieure de la France et accessoirement de sa politique de défense est –elle sortie du champ démocratique ? 
 
Sans doute, ces sujets sont-ils délicats et une part non négligeable d’éléments d ‘information qui touchent à la sécurité nationale ne peuvent être divulgués. Mais, cette observation n’est pas dirimante sur un sujet majeur, car il conditionne notre sécurité et notre avenir ; Faut-il rappeler que dans les nouvelles formes de conflits auquel notre monde est confronté, les populations civiles sont souvent les premières victimes, et pas seulement sur le théâtre, hélas habituel des hostilités. Les attentats que nous avons connus en 1986 et en 1995 à Paris étaient le résultat de choix de politique étrangère ( la premier en relation avec le contentieux Eurodif et l’Iran, le second avec la politique en Algérie) et ce sont nos concitoyens qui en ont été les victimes, sans qu’aucun débat n’ait jamais eu lieu sur les origines de ces attentats, autres que la recherche de leurs causes immédiates (arrestation des terroristes auteurs de ces crimes). 
 
Dans le monde très complexe dans lequel nous vivons, où intérêts économiques et intérêts diplomatiques sont parfois en opposition  frontale  (même si cette opposition n’est pas exprimée et surtout peut-être si elle ne l’est pas), il serait particulièrement important qu’un débat se déroule sur nos choix stratégiques, car une chose est certaine. C’est la communauté nationale qui en paiera les conséquences ;
Certes, nos journaux sont remplis d’articles plus ou moins compassionnels sur les horreurs des guerres, avec du reste des indignations très sélectives , inacceptables sur le plan éthique, car une victime civile est toujours une victime civile, et sans autre justification que des choix idéologiques et complètement déconnectés de ce qui devrait être les intérêts de notre pays sur le plan géostratégique. Or, c’est précisément là que le bât blesse ! Quels sont-ils ? L’absence de débat démocratique ne cache- t-elle pas une immense faiblesse quant à la définition de la hiérarchie de nos intérêts et la réalité de nos alliances à ce jour ?
 
L’exemple du Liban et au-delà de notre politique à l’égard de l’Iran sont à cet égard très éclairant. Tout d’abord, quelles sont nos priorités ? S’agit-il d’abord de sauvegarder, voire d’encourager des intérêts pétroliers et nucléaires français en Iran ou de s’inscrire dans une réflexion plus générale sur nos intérêts géostratégiques avec une république islamique iranienne , détentrice de la force nucléaire (à laquelle hélas nous avons pour partie contribué  en laissant à l’Iran 10% du capital d’Eurodif et en vendant notre savoir-faire nucléaire), capable d’atteindre Tel Aviv mais aussi Londres et Paris.
 
Comment expliquer que nous vendions , avec un certain nombre de pays du moyen orient de l’essence à l’Iran pour l’aider à constituer des stocks stratégiques, que nous poursuivions une politique de la main tendue, allant jusqu’à qualifier ce pays de puissance stabilisatrice ? quels intérêts nous animent ? Est-ce la peur d’attentats sur notre sol et dans ce cas, pour paraphraser la fameuse formule de Churchill, ne risquons nous pas d’avoir le déshonneur et la violence ? Est-ce l’intérêt de grands groupes gazier, pétrolier et nucléaire ? Mais , dans ce cas, encore faudrait-il que les choses soient claires et qu’il soit dit que les intérêts économiques de groupes français – qui ne se confondent évidemment pas avec les intérêts économiques de la France- doivent l’emporter sur toute autre considération.
En définitive, quelle est notre politique diplomatique. Certes, la politique arabe de la France est une constante du Quai d’Orsay. Mais l’Iran chiite n’est pas arabe et les « valeurs «  véhiculées par ce pays, qui revendique de surcroît une hégémonie belliqueuse devraient mobiliser tous les démocrates et défenseurs de la laïcité et de l’égalité des droits dans une réprobation massive. Or, il n’en est rien et pire encore, aucun débat public ne s’ouvre réellement sur ce thème. Peur, indifférence, souhait des intérêts économiques de rester dans l’opacité, priorité donnée à l’antiaméricanisme et à la haine antisioniste expliquent probablement ce silence , où convergent des intérêts très puissants.

Mais est-ce profondément notre intérêt collectif ? Ne pas choisir est un choix : celui de laisser les autres le  faire à sa place. C’est aussi l’expression d’une incapacité collective qui nous renvoie à des questions encore plus profondes : celles de notre identité et de nos valeurs en ce début de XXI éme siècle. Or, précisément, notre indétermination, notre non-débat sur ces sujets majeurs est probablement notre plus grande faiblesse.  Quelle que soit la position choisie, elle doit être explicitée et ne pas apparaître comme un véritable choix stratégique et motivé.
Il est impératif que dans les semaines qui viennent, chacun ait le courage de répondre sur ses priorités. Les miennes sont claires. La bataille contre le totalitarisme intégriste est la priorité et ni les intérêts économiques (dont on a vu avec l’affaire pétrole contre nourriture ce qu’ils pouvaient dissimuler), ni l’esprit munichois ne doivent nous en détourner. Cela ne signifie pas entrer dans d’autres dérives liées aux présupposés de la politique américaine, mais choisir clairement son camp et en assumer les conséquences , y compris en terme de choix économiques.
 

 Certes, la tentation de la troisième voie est attrayante, amis encore faut-il avoir les moyens de sa politique ; or, la faiblesse de notre contingent au Liban après les envolées lyriques sur notre volonté de diriger la FINUL au Liban laisse planer plus que quelques doutes sur nos capacités réelles et les conséquences de notre désirs trop éloignés de nos réalités.
Les Français assumeront sur le plan international les décisions prises en leur nom. Le moins que l’on puisse demander, c’est que nous sachions ce que nous voulons et ce que nous défendons .

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques