Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 07:39
Elle n'est pas de gauche, ne se veut pas de droite et proclame sa volonté de lancer un "new deal écologique"
par Anne BRIGAUDEAU
- Corinne Lepage, candidate de Cap 21 à l'élection présidentielle - AFP/Corinne Lepage -
Corinne Lepage, candidate de Cap 21 à l'élection présidentielle - AFP/Corinne Lepage
Sa devise et son programme ? «Démocratie, écologie, laïcité ».

Corinne Lepage, qui s’est rendue célèbre en défendant les victimes de l’Amoco Cadiz (et bientôt celles de l’Erika), se présente pour la seconde fois à l'élection présidentielle (...sous réserve d'obtenir les 500 parrainages).

Nous avons rencontré le 29 janvier, dans son cabinet d'avocat à deux pas du parc Monceau, cette brune énergique et chaleureuse, qui soufflera au printemps ses 56 bougies. Elle nous a exposé les grandes lignes de son programme et ses souvenirs du gouvernement Juppé (1995-1997), dont elle fut ministre de l'Environnement.

Interview de Corinne Lepage

Corinne Lepage dans son bureau, 29 janvier 2007 (AB)Qu’est-ce qui vous différencie des autres candidats écologistes ?
J’avais dit que je refuserais de me rallier à Nicolas Hulot s’il se présentait. Pour moi, son pacte écologique n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ. La candidature de José Bové, si elle se confirme, est d'abord une candidature altermondialiste, le sujet écologiste est secondaire. Par rapport aux candidatures dites de gauche, je ne place pas les enjeux sociaux devant les enjeux environnementaux. J'estime qu'on peut s’attaquer aux dérives du capitalisme financier en restant dans l'économie de marché. Il faut transformer le système pour le rendre éthique et lui rendre sa pérennité.

Au regard des enjeux, il faut réconcilier l’écologie avec l’emploi, réorienter tous les choix publics et faire payer aux acteurs ce qu’ils engendrent comme pollution. Vous décidez d’avoir une 4X4 ? Cela doit vous coûter plus cher, en taxes, qu’une voiture qui consomme trois litres au cent.

Il y a une vérité écologique des prix. Je suis partisane de la liberté, mais on doit payer à la collectivité ce qu’on lui coûte. Il faut créer un livret d’épargne carbone par citoyen, qui lui donne un quota maximum à dépenser chaque année.

Vous parlez d’un New Deal écologique …
L’ère du constat est finie. Il faut passer aux solutions. Le New Deal écologique, c’est 300.000 emplois qui peuvent être créés dans les écotechnologies, en faisant de ce secteur le levier-clé du développement économique. Entre la biomasse, l’éolien, le solaire, les ressources énergétiques maritimes, nous sommes le premier pays en capacité d’énergie renouvelable. Ce secteur représente 1,5 million d’emplois en Allemagne, et à peine 400.00 en France pour l'instant.

Il faut aussi élaborer un plan d’adaptation au changement climatique. En France, la température a monté d’un degré en dix ans. On a besoin de scénarios pour les dix à quinze ans à venir ! Autre priorité négligée: la santé environnementale. Nous devons interdire au plus tôt les produits cancérigènes. C’est prévu, mais d’ici 2016, alors que les cancers chez les enfants augmentent de 1,5% l’an chaque année.

Vous réclamez aussi un changement institutionnel ?
Je suis favorable à un vrai régime de séparation des pouvoirs. Un pouvoir présidentiel, à l’américaine, avec des nuances. Un mandat unique dans l’espace, pas plus de deux mandats dans le temps, l’inéligibilité pendant dix ans pour les élus condamnés en raison de délits financiers.

La laïcité est un autre de vos combats?
Il faut un strict retour aux valeurs républicaines, et une charte de la laïcité dans les services publics. Nous devons cette exigence à toutes les femmes qui sont menacées par la pression religieuse.

Dans les sondages, on vous crédite de moins d’1% des voix ?
Mon nom figure dans un sondage sur dix. On ne sait même pas que je suis candidate! Et certaines enquêtes m’accordent 2% des intentions de vote.

Pour qui vous désisteriez-vous au second tour ?
Corinne Lepage et François Bayrou, 14 sept.2002 (AFP)Dans l’hypothèse d'un duel Royal-Sarkozy, je ne me prononce pas. Si François Bayrou était présent au second tour, j'appellerai à voter pour lui. Je suis d'accord avec l'UDF sur l'Europe, et sur sa critique des institutions.

Estimez-vous que les femmes sont toujours confrontées à la misogynie, en politique ?
Le monde politique est un monde d’hommes. Toutes les femmes sont confrontées au même type de problèmes :  pour se qualifier, Ségolène Royal a joué à l’extérieur de la structure. Et on saura peut-être un jour quel a été le rôle précis de François Hollande. Les femmes ne sont jamais jugées compétentes. Derrière l’affaire des "jupettes", c’était ça. En 1997, j’ai subi une charge très lourde sur le code de l’environnement. J’ai été durement attaquée sur ce texte, que je n’avais pas rédigé. J’ai été accusée de tout : de faire des fautes d’orthographe, de ne pas savoir le droit –alors que je suis docteur en droit et prof à Sciences Po…Alain Juppé ne m’a pas soutenue.

Que pensez-vous, d'ailleurs, du récent tournant écologiste d’Alain Juppé, depuis son retour du Canada ?
Ce n’est pas l’image que j'ai gardée de lui, même s’il m’a concédé un certain nombre de choses, la loi sur l’air notamment…Mais les arbitrages, en général, n’étaient pas fameux. Je voulais créer des commissions indépendantes d’information autour des centrales nucléaires, j’ai perdu. Sur la chasse, on n’avait pas une position merveilleuse.Tout ça ne montrait pas une grande sensibilité à l’environnement.

Une avocate de la cause écologiste

Corinne Lepage en 2002 (AFP/Joël Saget)Née en 1951, avocate depuis 1975, Corinne Lepage est devenue célèbre en 1978, en défendant les collectivités locales victimes de la marée noire causée par le pétrolier américain Amoco Cadiz. En 1995, elle fait partie des douze "juppettes", ces femmes ministres du gouvernement Juppé. Neuf d'entre elles sont virées sans ménagement à la fin de la même année. Parmi les trois qui restent figure la ministre de l'Environnement. Corinne Lepage obtient des avancées dans le domaine de la prévention, avec la loi sur l'air.

Après la dissolution, elle décide de transformer en parti son mouvement écologiste, Cap 21, fondé en 1996. Candidate à la présidentielle de 2002, elle recueille 1,88% des suffrages. Aux européennes de 2004, sa liste enregistre 3,6% des voix en Ile-de-France.

En janvier 2007, annoncée par deux pamphlets signés "Catherine Médicis" (merci à Bercoff, plume allègre toujours au service des idées centristes !), la revoici candidate, bataillant pour son "new deal écologique". Cette jeune grand-mère d'une famille recomposée -4 petits-enfants par son mari, et deux autres issus de sa fille - avoue adorer la lecture, même si elle n'a pu encore achever les neuf cents pages des "Bienveillantes".

La polémique sur l'ISF l'a placée en première ligne, puisqu'elle paie 12.000 euros par an au titre de l'impôt sur la fortune. Interrogée sur RTL le 28 janvier, elle a répondu : "Je suis peut-être celle qui a été la plus honnête dans ses déclarations. Je n'ai pas honte de ce que j'ai gagné. Je l'ai gagné avec mon travail. Je ne me suis jamais enrichie avec la politique, ça m'a toujours coûté de l'argent.  J'ai une vraie réussite professionnelle avec mon mari. Je n'ai pas à m'en cacher.C'est quarante ans de vie de travail pour lui, trente ans de vie de travail pour moi. "

Voir aussi :

. le site de Cap 21
. le blog de Corinne Lepage

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques