Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 13:48

 

Eric Delhaye porte-parole de CAP 21 s'étonne des dispositions fiscales de Bercy pour réduire la portée du crédit d'impôt décidé par le gouvernement en faveur de l'énergie solaire.

En effet selon l'interprétation de l'article 200 quater du Code Général des Impôts donnée par le Ministère de l'Economie et des Finances, un particulier qui investit pour sa résidence principale dans des panneaux solaires n'a pas droit au bénéfice du crédit d'impôt si celui-ci revend plus de la moitié de sa production d'électricité solaire à un fournisseur d'électricité.

Cette disposition se trouve ainsi en totale contradiction avec la déclaration du Premier Ministre du 15 mai dernier sur la politique énergétique annonçant l'augmentation du tarif d'achat du Kwh solaire couplé avec le crédit d'impôt pour faire décoller le photovoltaïque en France. Ce que le gouvernement donne du main se trouve repris par le fisc de l'autre.

Pour Corinne LEPAGE, cette disposition est inadmissible à l'heure où les experts internationaux du GIEC réunis à Paris s'apprêtent à sortir un rapport de synthèse particulièrement alarmiste sur le réchauffement climatique qui nécessitera des décisions volontaristes pour adapter nos sociétés à la réalité du changement climatique. On ne peut adopter une posture écolo d'un côté et laisser l'administration agir dans le sens contraire de l'autre.

CAP 21 demande l'arbitrage du Premier Ministre pour modifier ce barrage fiscal au développement du solaire.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 12:15

Bruxelles, Belgique — Le 25/01/07 - A l'heure où tout le monde cherche une solution pour résoudre le dilemme de l'approvisionnement énergétique sans accélérer le réchauffement de la planète, le Conseil européen des énergies renouvelables (Erec) et Greenpeace publient "[R]évolution énergétique. Vers un avenir énergétique propre et durable".

Réalisée en collaboration avec les spécialistes de l’Institut de thermodynamique technique du Centre aérospatial allemand (DLR) et une trentaine de scientifiques et d’ingénieurs internationaux travaillant sur les énergies renouvelables, ce rapport dessine la première stratégie énergétique mondiale qui va permettre de réduire d’ici 2050 l’ensemble des émissions de CO2 de presque 50 % par rapport à leur niveau de 1990. « C’est l’objectif minimum auquel nous sommes tenus pour maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2°C, température au-delà de laquelle tous les experts s’accordent à dire que ses effets seraient absolument dévastateurs, rappelle Laetitia de Marez, de Greenpeace international. La [R]évolution énergétique que nous proposons tord enfin le coup à un vieux préjugé selon lequel il n’est pas réaliste d’imaginer que l’on peut réduire de moitié les émissions mondiales de CO2 tout en maintenant un approvisionnement énergétique sécurisé abordable, et un développement économique en progression régulière. »

Le scénario [R]évolution énergétique ne s’appuie que sur des technologies durables. L’énergie nucléaire, qui expose les populations et l’environnement à de multiples menaces, n’y a donc aucune place. Le scénario prévoit ainsi une sortie du nucléaire à l’échelle mondiale à l’horizon 2030 au plus tard, et montre que les énergies renouvelables associées à une meilleure efficacité énergétique pourront répondre à la moitié des besoins énergétiques mondiaux d’ici 2050. Cette demande énergétique mondiale aura réduit de 50 % grâce aux mesures d’efficacité et de sobriété énergétique préconisées par Greenpeace.

Les énergies renouvelables peuvent devenir la colonne vertébrale de l’économie mondiale non seulement dans les pays de l’OCDE, mais aussi dans les pays en développement comme la Chine, l’Inde et le Brésil. « Le marché global des énergies renouvelables peut se développer selon un taux à deux chiffres jusqu’en 2050, confirme Arthouros Zervos, président du Conseil européen des énergies renouvelables (Erec). Avec les marchés de l’éolien et du solaire, qui affichent un chiffre d’affaires de 38 milliards de dollars et doublent en taille tous les trois ans, la croissance des énergies renouvelables suit le même chemin de développement que les technologies de l’Internet et du téléphone portable. »

Ce rapport [R]évolution énergétique met aussi en évidence l’urgence qu’il y a à adopter ces solutions techniques et pratiques. « Nous en appelons donc aux décisionnaires mondiaux pour permettre à cette vision de devenir une réalité, conclut Arthouros Zervos. Il n’existe aucun obstacle technologique à la mise en oeuvre de ce changement de politique énergétique, c’est une simple question de volonté politique. »

 

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 09:25

L'énergie est au coeur de la vie, l'homme a besoin d'énergie pour se nourrir, pour se déplacer, pour se reproduire.

La majorité des sociétés modernes maîtrise l'énergie, tant dans sa capture, dans sa conservation que dans sa distribution.

Nous savons aujourd'hui produire de l'énergie en grande quantité, et ce à partir de ressources différentes (pétrole, gaz naturel, charbon, eau, soleil, vent, etc).

Nous n'exploitons cependant pas ces ressources dans les mêmes proportions, nous consommons principalement des énergies fossiles et délaissons encore les énergies renouvelables.

L'approvisionnement énergétique de la planète repose à 89 % sur les énergies fossiles. Pire encore, dans le domaine des transports nous dépendons à 98 % du pétrole. Les transports ayant fait l'objet d'une newsletter, ainsi que le logement, intéressons-nous à l'électricité.

 POUR LA FRANCE, CE QUE PROPOSE CORINNE LEPAGE:

1 Diminuer notre consommation nationale d'énergie,

2 Créer un service public d'accès à une énergie responsable (conseil, installation et maintenance),

3 Mettre en place le scénario Négawatt à l'échelle nationale,

4 Répartir, en 5 ans, les fonds consacrés à la recherche dans le domaine de l'énergie en consacrant 50 % au nucléaire et 50 % aux ENR,

5 Faciliter l'accès à l?autonomie énergétique (microéolien, photo-voltaïque),

6 Réduire la fracture énergétique par une politique de sensibilisation et d'accompagnement,

7 Favoriser par la fiscalité et des prêts à taux zero l'accès aux produits à faible consommation,

8 Surtaxer les produits à forte consommation énergétique,

9 Interdire la publicité pour les produits énergivores (application de la loi sur l'air),

10 Surtaxer la consommation énergétique en fixant des paliers de consommation/m2

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 08:39

Le réacteur nucléaire EPR n'est pas la solution pour l'avenir énergétique de la France.

A la veille des élections présidentielle et législatives de 2007, moment-clé de notre démocratie, la construction de l'EPR commence à Flamanville, en Basse Normandie, sans que les Français aient été véritablement consultés.

Cette décision bafoue la démocratie !!!

Ne vous y trompez pas: si l'EPR est construit, il sera bientôt suivi de dizaines de nouveaux réacteurs nucléaires partout en France.

C'est le renouvellement du parc nucléaire tout entier qui est en jeu aujourd'hui avec l'EPR.

L'avenir énergétique de la France doit être choisi par tous les Français et non par le lobby pro-nucléaire qui défend exclusivement ses intérêts.

84% des Français plaident en faveur des Energies renouvelables et 77% d'entre eux souhaitent que la maîtrise énergétique soit développée (Sondage BVA, 21-22 Juillet 2006).

De fait, seules la sobriété énergétique et les énergies renouvelables permettent de lutter contre le réchauffement climatique, assurant ainsi un avenir aux générations futures.

Faites entendre votre voix : si l'EPR est construit, il absorbera une part importante des investissements consacrés à l'énergie, condamnant ainsi toute politique ambitieuse de maîtrise de l'énergie et de développement des énergies renouvelables.

La France restera prisonnière d'un modèle énergétique dépassé, centralisé, polluant et dangereux.

L'EPR n'est vraiment pas la bonne réponse.

Après la grande manifestation de Cherbourg, en 2006, où 30 000 citoyens ont exprimé leur opposition à l'EPR et leur soutien aux alternatives au nucléaire.

MANIFESTONS TOUS ENSEMBLE

LE SAMEDI 17 MARS 2007 A 14H00

PLACE DE LA REPUBLIQUE A LILLE  

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 14:14
Le plan biocarburants 2005-2010 du gouvernement fait l’impasse sur la filière des Huiles Végétales Pures en la confinant dans la niche de la seule utilisation agricole.

Cette position n’a aujourd’hui aucun sens car les exploitations agricoles n’ont aucune rentabilité économique à produire des huiles végétales pures comme substitut du gazole agricole détaxé. Le prix de revient d’huiles fabriquées à partir d’une pression à froid de graines de tournesol ou de colza est en effet de 80 centimes d’euros au litre contre 60 centimes au litre pour le diesel agricole.

Pour CAP 21, parti écologiste présidé par Corinne LEPAGE, il est temps que la France prenne le virage législatif et fiscal nécessaire au développement des huiles végétales pures pour plusieurs raisons :

Cette filière présente les meilleurs rendements en matière de production d’énergie (une tonne équivalent pétrole en production permettent de fabriquer 7 tonnes équivalent pétrole) et d’émission de gaz à effet de serre.
Elle permet de produire des tourteaux gras destinés à l’alimentation du bétail et de réduire ainsi les importations (75 à 80 % des protéines végétales destinées au bétail sont importées par la France) tout en ayant une garantie plus importante sur la qualité du produit (absence d’OGM….).

La culture du tournesol n’est pas irriguée et ne nécessite que très peu d’intrants (nitrates, pesticides) et présente donc un écobilan assez favorable.

Utilisée en Allemagne, Belgique, Danemark, Irlande, Portugal, Suisse, la filière courte des Huiles Végétales Pures offre à l’agriculture de nouvelles perspectives de débouchés et revenus et contribue à une plus grande valeur ajoutée et à de l’emploi en zone rurale.

Eric Delhaye, porte-parole de CAP 21 demande donc à ce que la France lance en 2007 une vaste campagne d’expérimentation des Huiles Végétales Pures sur les flottes de véhicules des services publics (collectivités locales, services de l’Etat) de manière à alimenter par le retour d’expériences la production d’une norme européenne qui fournira un cadre et les garanties nécessaires au développement de la filière en direction des particuliers.
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 08:42

Par Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre de l'Environnement et candidate à l'élection présidentielle de 2007.

Par une décision que l'on peut qualifier d'historique, le Conseil d'Etat vient d'annuler la déclaration d'utilité publique de la ligne à très haute tension (THT) qui devait traverser les gorges du Verdon, en considérant que la qualité exceptionnelle du site privait le projet d'EDF d'utilité publique. Cette décision introduit une nouvelle hiérarchie entre intérêts généraux antagonistes et reconnaît la valeur du patrimoine collectif lorsque celui-ci est traité comme quantité négligeable au regard de choix définis, finalement, de manière temporaire au regard de la pérennité des paysages, par quelques génies du progrès.

Elle rappelle également très opportunément ce qu'est l'état de droit dans un pays où ceux qui sont chargés de le garantir sont les premiers à vouloir s'en affranchir. Je pense bien évidemment aux expérimentations d'OGM, autorisées de manière complètement illégale et en toute connaissance de cause par le gouvernement, au mépris des arrêts et jugements rendus par la justice administrative, sanctionnant le non-respect du droit communautaire et national. C'est la négation de notre droit qui entraîne les plus désespérés des opposants aux cultures transgéniques en plein champ à passer dans l'illégalité, faisant ainsi le jeu bien involontaire des multinationales céréalières. Celles-ci se drapent dans une indignation résolue face à ce qui est aussi une attaque de la propriété privée. A quand une mise en cause sur le fond et avec les armes du droit des pratiques de ces apprentis sorciers qui jouent avec le feu et refusent de transmettre les résultats des expérimentations faites sur des rats ?

Revenons au Verdon. Une fois encore, le combat fut rude mais il a pu être mené à bien grâce à la résolution et l'entente des associations qui étaient parties prenantes dans ce dossier. David a vaincu Goliath, preuve s'il en est que la ténacité et le courage payent et que nous sommes encore dans un état de droit. A nous, par notre vigilance et nos actions, de savoir le maintenir et le renforcer. Mais ce combat fut-il celui de quelques protecteurs de la nature contre les tenants de la marche du progrès ? Ou, pour pousser plus avant, le refus de quelques obscurantistes contre les lumières de la fée électricité ? EDF nous présente comme les tenants de la bougie et de la réaction face aux lumières portées par ses cohortes d'ingénieurs.

Cette vision souffre d'une perception doublement anachronique du rapport à l'énergie. Elle a le parfum d'un roman de Jules Verne où l'ingénieur était le porteur de l'avenir. Mais Jules Verne écrivait au XIXe... et elle est aussi l'expression d'un centralisme énergétique en accord avec le jacobinisme qui pollue les plus hautes sphères du pouvoir. L'accès à l'énergie sera l'un des enjeux majeurs des années à venir avec l'accès à l'eau, la protection de l'air et l'adaptation de nos structures aux conséquences du réchauffement climatique. Pour l'énergie, le discours récurrent tenu par les producteurs est celui du «toujours plus» face à une demande en pleine explosion. Il ne peut en être autrement de la part d'EDF et des autres acteurs du marché qui en sont restés à une logique de produit et se rémunèrent à la consommation. Rien n'est fait dès lors pour diminuer cette surconsommation, source naturelle de revenus. La réponse tient alors en deux mots : toujours plus. Et cette course sans fin se mène avec des centrales toujours plus puissantes, toujours plus «centrales».

Il est grand temps que nous passions, dans le domaine de l'énergie, du produit aux services. EDF doit faire sa mue et devenir un fournisseur d'accès à une énergie responsable. Nous devons apprendre à consommer moins et nous avons grandement besoin des professionnels d'EDF pour le faire. Nous avons aussi besoin d'une plus grande autonomie énergétique pour chacun de nous. Comment peut-on encore construire aujourd'hui des bâtiments qui ne produisent pas d'électricité ? En Allemagne, des maisons positives produisent plus qu'elles ne consomment. Qu'en est-il en France ? A quel service d'EDF dois-je m'adresser pour devenir un producteur local ?

Nous avons certes besoin de grandes unités pour alimenter nos industries. Mais avons-nous besoin de centrale nucléaire pour nos veilles télés, nos chargeurs de téléphones portables perpétuellement branchés et cette consommation cachée qui alimente le toujours plus ? Ne pouvons-nous pas devenir responsables et produire localement nos besoins avec un accompagnement technique que seule une grande entreprise nationale comme EDF peut mener ? J'attends d'un grand service public comme EDF qu'il soit notre fournisseur d'accès à une véritable autonomie énergétique qui passe par la décentralisation de la production et la disparition progressive des lignes à haute tension, symboles du jacobinisme électrique qui balafra nos paysages.

J'ai dans ce sens piloté le programme Ecoresp (www.ecoresp.fr), qui démontre qu'une telle stratégie est génératrice d'économies et créatrice d'emplois. Oui, EDF doit muer pour enfin penser local dans son action globale. EDF doit devenir l'acteur de cette décentralisation que j'appelle de mes voeux, celle qui donnera à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur une plus grande sécurité énergétique par un mix intelligent entre la responsabilité individuelle, la production locale par le recours aux énergies renouvelables. Vous n'avez plus de THT ? Vous allez devenir la région pilote de la nouvelle stratégie énergétique qui fera de la France un champion de l'après-pétrole, expérimentateur du nouveau mix énergétique et pas seulement l'Etat le plus nucléarisé du monde.

Repost 0
Published by Corinne LEPAGE - dans Energie
commenter cet article
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 11:33
 
 
Par arrêté préfectoral l'enquête publique sur l'EPR est fixée du 15 juin au 31 juillet.


Cap 21 dénonce une enquête publique tronquée


Alors qu’il est d’usage de ne pas lancer d’enquête publique à l’approche de l’été, l’enquête concernant la construction du futur réacteur nucléaire EPR se déroulera dans la région de Cherbourg entre le 15 juin et le 31 juillet, en pleine coupe du monde de football et durant les vacances scolaires.

CAP 21, le parti écologiste fondé par Corinne Lepage ne peut que s’étonner de ce choix peu propice à la participation citoyenne et regrette une nouvelle fois que l’Etat ne soit pas le garant d’un véritable processus participatif lorsqu’il s’agit de choix majeurs pour notre société.
D’urgence, les pratiques démocratiques de notre pays méritent d’être renouvelées afin que les choix technoscientifiques qui engagent la société française durablement ne soient pas pris à la seule initiative des élus et des experts.
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 08:56

( Stéphane LHOMME et Corinne LEPAGE, à la manifestation de Cherbourg )

CAP 21, parti écologiste fondé par Corinne Lepage tient à exprimer sa plus vive indignation suite à l'arrestation du porte-parole du réseau Sortir du Nucléaire, Stéphane LHOMME par la section anti-terroriste du Parquet de Paris. Cette arrestation motivée par la détention et l'information au public de documents d'EDF relatifs aux problèmes de sécurité des installations nucléaires est totalement démesurée et parfaitement inadmissible alors que dans le même temps on organise au plus haut sommet de l'Etat la fuite de documents et la manipulation de l'information pour servir des luttes fratricides de pouvoir.

A l'approche de l'enquête publique sur le projet de réacteur EPR dans des conditions peu propices à l'expression des citoyens, on peut s'interroger sur l'emploi de méthodes d'investigation qui relèvent de l'intimidation et du coup de force en direction des acteurs mobilisés contre l'EPR.

CAP 21 tient à exprimer son soutien à Stéphane Lhomme et à affirmer sa détermination politique à exiger la transparence de l'information sur la sécurité de la filière nucléaire en France.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 17:29

Corinne LEPAGE, ancienne ministre de l’Environnement accompagnera une délégation de CAP 21 au grand rassemblement organisé à CHERBOURG le 15 avril pour manifester son opposition au projet de construction du réacteur nucléaire EPR, un projet que CAP 21 estime inutile, onéreux et inopportun.

Inutile en ce que ce nouveau prototype n’apporte que peu de progrès par rapport à la génération précédente, laisse en suspens des questions essentielles de sécurité, et n'assure même pas un intérêt économique pour les entreprises et les salariés français puisse que la cuve du prototype finlandais sera réalisée au Japon. De plus, en admettant que la France fasse le choix de maintenir une très large part d'électricité nucléaire – à condition d’une consultation par référendum de nos concitoyens - , une véritable politique d'économies d'énergie rend inutile la réalisation de nouveaux réacteurs nucléaires avant 2020 ou 2025.Dès lors, il n'y a strictement aucune urgence à se lancer dans la réalisation d'un prototype de troisième génération d’autant plus que le Président la République a lui-même annoncé le lancement de la recherche pour le prototype de la quatrième génération.

Onéreux, en ce que ce prototype est évalué au départ à 3 milliards d'euros, ce qui signifie qu'il coûtera probablement de 30 à 50 % plus cher en fin de réalisation.

Inopportun, en ce que ces 3 milliards d'euros vont canaliser la quasi-totalité des fonds publics de recherche, alors même que l'industrie française de l'énergie renouvelable aurait besoin pour se développer d'un véritable effort de recherche et d’innovation. Ce secteur représente un potentiel de création d’emplois que nous ne mobilisons pas. Tant que 80 % des fonds publics iront au nucléaire et 20 % au renouvelable, la France restera à la traîne dans le développement des technologies qui feront les grandes entreprises de demain.

Les conditions tronquées du débat public, l’absence de transparence se posent de manière accrue sur toutes les questions relatives au nucléaire civil comme en témoignent actuellement le pseudo débat sur l’EPR ou encore les projets de loi inacceptables déposés au Parlement sur la transparence du secteur nucléaire ou la gestion des déchets nucléaires .

Elles posent des questions essentielles sur les conditions de la gouvernance et de participation du citoyen à des choix majeurs de société, questions sur lesquelles CAP 21 entend être force de propositions et d’action.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
6 avril 2006 4 06 /04 /avril /2006 14:45

Avril 2006, comment le lobby nucléaire français tente de faire oublier la plus importante catastrophe de l'histoire du nucléaire civil.

Si nous devions décerner une palme du cynisme, nous devrions probablement l’attribuer à cet ancien ingénieur d’exploitation du Parc EDF qui s’apprête, au nom des« défenseurs de l’atome civil », à organiser une « défense » face à la « rumeur médiatique » et au « matraquage éditorial » dont fera selon eux l’objet de la toute prochaine commémoration du vingtième anniversaire de l’accident de Tchernobyl. De nombreuses personnalités, Présidents d’Université, directeurs ou agents d’Etablissements publics, etc., ont déjà reçu un « appel à solidarité » leur demandant de « collaborer personnellement avec dévouement » à cette « offensive médiatique de grande ampleur ».

Jugeant que ce texte traduit la conception que se font les « défenseurs de l’atome civil » de la science et de la démocratie, nous avons décidé avec Corinne Lepage de le porter à la connaissance du plus large public et de soutenir une « réponse à l’appel » pour un débat contradictoire et transparent sur Tchernobyl et ses conséquences sur le territoire français.

Pour cela, rendez-vous sur le site national de Cap 21 (www.cap21.net), pour lire le dossier complet sur cette commémoration.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques