Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 07:19

CAP21 attaque le nouveau code minier devant le Conseil d’Etat et demande la saisine du Parlement

logo-CAP21-sigleweb.jpgAlors que le gouvernement vient de suspendre très provisoirement les autorisations de recherche sur les gaz et huiles de schiste en raison de la mobilisation des écologistes et de la population face aux risques posées par les technologies d'exploration et d'extraction (forages horizontaux avec fracturation hydraulique), le Conseil des Ministres du 19 janvier a approuvé une ordonnance portant codification de la partie législative du code minier en vue de « moderniser et simplifier les dispositions applicables aux exploitations minières en veillant à leur intégration dans l’environnement ». Cette ordonnance prise sur la base de l'article 38 de la Constitution a été signée sans délai et publiée au Journal Officiel.

Malgré les discours rassurants, l’analyse de ce texte montre en réalité que la France a décidé de brader le sous-sol et ses ressources en simplifiant les procédures et sans prendre les garanties qui s’imposent.

 logoEDGCette ordonnance, signée du Président de la République, du Premier Ministre, du Ministre de l’Economie, du Ministre chargé de l’Industrie, du Ministre de l’Intérieur et du Ministre de l’Ecologie (!) simplifie la vie des prospecteurs et exploitants des hydrocarbures non conventionnels mais aussi celle de ceux qui voudront stocker le carbone ou exploiter les ressources sous-marines sans se soucier de l’alerte lancée par les écologistes, notamment par CAP21 (www.deleaudanslegaz.com) dès début décembre. (...) Lire la suite

 

Repost 0
Published by CAP21 - dans Energie
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:53

NOVETHIC 04-02-2011

Alors que la contestation contre les gaz de schiste bat son plein, le ministère de l'Ecologie, jusque là très discret sur le sujet, vient de demander une mission sur les enjeux environnementaux de l'exploitation des gaz de schiste.

Gaz de schisteLa pression exercée de la part des élus, différents collectifs et citoyens contre l’exploitation des gaz de schiste commence à porter ses fruits. Après un quasi silence du gouvernement sur la question, la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet est sortie de sa réserve pour annoncer la commande d’une mission sur les enjeux environnementaux des gaz de schiste.

Petit retour en arrière. En mars 2010, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie accorde à des compagnies françaises (Total et GDF Suez) et étrangères (Schuepbach Energy), 3 permis de prospection sur les gaz de schiste dans trois zones du sud du Massif central, dans les départements de l’Hérault, l’Aveyron, la Lozère, l’Ardèche et la Drôme. Sur le moment, ceux-ci ne font pas de vagues. Car même s’ils sont publics et qu’une cartographie est disponible sur le site du ministère (voir document lié), comme l’a récemment souligné Nathalie Kosciusko-Morizet, le ministère n’en fait pas étalage et la différenciation entre ce qui relève du pétrole, du gaz conventionnel et non conventionnel est plus que difficile. Cependant, de l’autre coté de l’Atlantique, la multiplication des accidents et la montée très forte de la contestation commencent à faire parler d’elles chez les écolos français. En décembre, le sujet fait son apparition dans les médias et la machine s’emballe. Pas de chance pour les compagnies pétrolières et gazières, le Larzac de José Bové est au cœur de la zone d’exploitation: le député européen d’Europe-écologie/Les verts prend vite la tête de la contestation. Dans les communes et départements concernés, les élus de droite comme de gauche se mobilisent et demandent l’ouverture de débats publics ou de moratoire (voire article lié). Et sur le net, une pétition circule : « Gaz de schiste : non merci ! » réunit désormais plus de 25 700 signatures. (...) Lire la suite

Repost 0
Published by cap21npdc - dans Energie
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 11:13

Gaz et huiles de schiste : un premier pas mais qui reste insuffisant au regard des enjeux sociétaux

Gaz de schisteCAP21, parti écologiste, présidé par Corinne Lepage qui avait lancé le débat des gaz de schiste en décembre en ouvrant un portail d’information www.deleaudanslegaz.com et en demandant un moratoire se félicite de l’infléchissement du Ministre de l’Ecologie sur ce dossier.
Pour Eric Delhaye, président délégué de CAP21, la saisine des conseils généraux de l’industrie et de l’environnement par Nathalie Kosciusko-Morizet pour évaluer les enjeux et son engagement de ne pas autoriser de travaux dans l’attente des résultats est un premier pas qui reste cependant insuffisant au regard des enjeux sociétaux posés par l’extraction des gaz et huiles non conventionnelles. L’expertise ne peut ainsi rester aux seules mains des grands corps de l’Etat (Ponts, Mines,…).
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) consacre ainsi près de deux millions de dollars dans une étude destinée à mesurer les impacts sanitaires et environnementaux de la fracturation hydraulique utilisée à grande échelle aux Etats-Unis (500 000 puits). Le processus se veut transparent, participatif et les résultats devraient être connus en 2012.
Pour CAP21, il faut suspendre l’ensemble des permis d’exploration et de travaux tant que les résultats américains ne sont pas connus et se saisir du dossier à l’échelle de l’Europe pour dresser un état des lieux des explorations et mesurer l’ensemble des enjeux et risques pour le Vieux Continent dans un débat public et participatif.

Eric DELHAYE, Président délégué de CAP21
Dominique LEMOINE, Porte-parole de CAP21

Exploitation gaz de schiste

Repost 0
Published by cap21 - dans Energie
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 08:39

logo-CAP21-sigleweb.jpg

Alors qu’une vaste campagne de communication vient d’être lancée par la DCNS sur son projet de centrales nucléaires immergées au large des côtes, Flexblue, CAP21, mouvement humaniste et écologiste, tient à exprimer ses plus vives inquiétudes sur la possibilité de développement de tels projets dans les mers du globe.

- En premier lieu, ce type de projet est pensé en l’absence d’accident grave. Qu’adviendrait il du réacteur en cas d’accident ? Nous aurions affaire alors à un déchet nucléaire sur lequel il serait très difficile d’intervenir alors que l’immersion des déchets nucléaires est interdite par traité international.

- La vulnérabilité est importante pour deux raisons au moins :

• la fragilité de ligne de transport du courant. Si la ligne venait à être coupée, la sûreté de l’installation dépendrait entièrement des ressources internes durant la phase critique, celle de la mise à l’arrêt, à chaud puis à froid.

• Les difficultés d’intervention en fonds marins depuis l’extérieur (amenée des équipes de maintenance en cas de tempête par exemple) - l’écosystème marin côtier autour de la centrale subira de profondes perturbations en raison du rejet de grandes quantités de chaleur à une profondeur où l’eau est très froide et de gaz radioactifs en routine (C14, tritium, iode).

- Les risques d’actes malveillants, terroriste ou d’une puissance étrangère ne sont pas à exclure et difficiles à contrôler.

illus-solutions-flexblue.jpg

- Les petites centrales entrainent évidemment une multiplication des réacteurs nucléaires et donc un risque élevé de dissémination de combustibles fossiles surtout si 200 unités sont commercialisées comme l’envisagent les prévisions les plus optimistes. Ces réacteurs low cost visent des pays qui n'ont pas besoin de nucléaire puisque la plupart possède de conditions climatiques privilégiées où l’électricité solaire a toute sa place et où un mixte éolien offshore/solaire réduirait à peu de chose les besoins de stockage de l’électricité ou les problèmes de défaut de production. Les techniques alternatives sont prêtes et le développement n'a pas besoin d'attendre une dizaine d'années que ces coûteux et dangereux gadgets soient au point.

Yves Lenoir, ingénieur, membre du groupe Energie Développement,

Eric Delhaye, président délégué de CAP21.

Le projet Flexblue sur le site internet de la DCNS

Repost 0
Published by cap21 - dans Energie
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 07:46

et non la spéculation d'après Christophe de Margerie, patron du groupe Total.

BLOG "OIL MAN" 24-01-2011

Quel est le rôle de la spéculation dans la hausse actuelle prix du pétrole ?

Beaucoup affirment que le regain actuel des cours du brut, tout comme l’envolée du prix du baril de 2008, sont essentiellement des phénomènes spéculatifs.

Christophe de Margerie, pdg du groupe pétrolier français Total, n’est absolument pas d’accord.

En juin 2008, au plus fort de la hausse des cours du baril, voilà les arguments avancés par M. De Margerie devant la Commission des finances de l’Assemblée Nationale. Son propos est d’autant plus intéressant qu’aujourd’hui, selon l’Agence internationale de l’énergie, le monde se rapproche à nouveau de la situation de 2008. (...) Lire la suite 

Repost 0
Published by Oil Man - dans Energie
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 07:35

RUE89 20-12-2010

par Corinne LEPAGE

LEPAGE-Corinne-2008.jpgEn toute opacité, et après avoir autorisé de grandes banques dont Goldman Sachs à intervenir sur le marché du gaz, plus de 1% du territoire français a fait l'objet de permis de recherche à des fins d'exploitation de gaz non conventionnel. (...)

Or, le sujet est majeur pour nos économies comme pour notre santé dans la mesure où l'exploitation des gaz de schiste modifie complètement la donne de la lutte contre le changement climatique, crée un risque écologique majeur à plusieurs niveaux et se fait dans un climat de non-régulation inacceptable. (...)

Un moratoire s'impose en Europe et en France avant qu'une expertise sur les impacts des technologies actuelles d'extraction et de la définition d'un cadre juridique offrant toutes les garanties d'information et de protection des populations et de l'environnement ne soit mis en place.(...) Lire la suite

Repost 0
Published by Rue89 - dans Energie
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 15:34

L'USINE NOUVELLE 03-12-2010

A l'issue d'une réunion avec sept ministres jeudi, le chef du gouvernement François Fillon a décidé d'un moratoire sur les nouveaux projets de panneaux solaires, à l'exclusion de ceux des particuliers. La filière n’en revient pas.

Panneau-cellules-solaires.JPGSept ministres, dont celui de la Défense. C’est le quorum qu’a réuni François Fillon hier pour décider de suspendre tout nouveau projet photovoltaïque. Dès la parution du décret, les nouveaux porteurs de projets de centrales photovoltaïques qui n’ont pas encore versé d’acompte ne pourront plus se faire racheter leur électricité par EDF. Un gel qui ne concerne pas les particuliers (puissance inférieure à 3 kW). Pour les autres, au bout de quatre mois, ils devront déposer une nouvelle demande de rachat… à un tarif et dans des conditions encore inconnues. Le temps de mettre un peu d’ordre dans la filière.

Depuis un an effet, le gouvernement tente d’éteindre la flambée du solaire par à-coups, annonces anticipées provoquant des ruées et mesures parfois contradictoires.(...) Lire la suite

Repost 0
Published by L'Usine Nouvelle - dans Energie
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:00

En novembre dernier, le magazine mensuel Capital nous alertait sur les risques de pénurie d'électricité pendant les journées froides de notre saison hivernale. Nous y sommes. Et pourquoi en est-on arrivé là ?

Bougie2

Le peuple français a été dépossédé de tout débat large et transparent sur l'énergie. Corinne Lepage a montré en 1998 dans son livre de témoignage "On ne peut rien faire, Madame le ministre..." à quel point les questions et les réponses en matière d'énergie étaient la propriété privée  du CEA et d'EDF eux-mêmes dominés par les Grands Corps de l'Etat.

C'est ainsi que nous avons eu droit depuis la fin de la dernière guerre à l'avènement de l'ère du "tout nucléaire", dont on sait que d'après ses protagonistes il permet d'avoir une solution énergétique exemplaire : "peu de CO2, peu coûteux et peu dangereux". Depuis avril 1986, nous savons sur ce dernier point que la réalité est un peu différente... Quant au "peu coûteux", nous savons que le coût de revient du KWh produit est artificiellement bas, car il ne prend pas en compte les fameuses "externalités négatives" : déchets, démantèlement des centrales et assurance...

On commence aussi à s'apercevoir que le coût du KWh facturé au client ne permet plus de financer correctement la maintenance et le renouvellement du parc des centrales. La politique du "tout nucléaire" a conduit à pousser au gaspillage de l'électricité ( les fameux convecteurs électriques qui sont quasiment partout) et à faire l'impasse sur une vraie politique de maîtrise de l'énergie. Ainsi la consommation électrique n'arrête pas de grimper d'année en année : celle-ci a bondi de 72 TWh à 485 TWh de 1960 à 2009 (presque 7 fois plus). Elle a continué d'augmenter de 40% entre 1990 et 2009 ! Certes des économies ont été faites ici ou là mais de nouveaux besoins sont apparus très énergivores : microordinateurs, jeux vidéos, télévisions à écran plat, etc. D'où le fameux "effet rebond".

En parallèle, nos centrales nucléaires vieillissent*, le réseau de transport devient lui aussi vétuste et les pannes deviennent plus fréquentes. Et c'est bien sûr au moment où les citoyens ont le plus besoin de l'électricité, la période hivernale,  que le problème décrit ci-dessus atteint sa criticité la plus importante. La France devient donc, lors des pics de consommation, importatrice  d'électricité, ce qui n'arrange pas non plus sa balance commerciale.

En conclusion, la politique énergétique menée, depuis de nombreuses années, par la droite comme par la gauche, va dans le mur. Au lieu de décourager toute  transition vers une production décentralisée d'électricité par le biais des sources d'énergie renouvelables (voir toutes les actions visant à "casser" l'essor de l'éolien ou du solaire), les autorités françaises feraient bien de s'inspirer de nombreux exemples européens qui nous entourent. M.E.

Investissements-dans-les-filieres-SER-2004-2009.jpg

  * Capital donne le chiffre de taux de disponibilité des centrales de 79% en 2010. Celui-ci baisse d'année en année et il était encore de 83,6% en 2006.

Références :

1) C. Lepage, "On ne peut rien faire Madame le ministre …", p77-101, Albin Michel, 1998

2) C. Lepage, J.-F. Bouvet, Sans le nucléaire on s'éclairerait à la bougie, p45-64, Seuil, 2010.

3) Va-t-on manquer d'électricité cet hiver ? Capital, p16-20, novembre 2010.

4) Vague de froid : quelles centrales électriques font l’appoint ? L'Usine Nouvelle, 2 décembre 2010.

5) Photovoltaïque : Matignon déclenche un grand coup de froid, L'Usine Nouvelle, 3 décembre 2010.

6) Grenelle 2 : fin de la discussion sur l’éolien, L'Usine Nouvelle, 7 mai 2010.

7) Eolien : Le rapport Olllier, L'Usine Nouvelle, 2 avril 2010.

Repost 0
Published by M.E. - dans Energie
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 09:29

Blog "Au-delà des lignes" 05-11-2010

Luis-Atienza-copie-1.jpg« On a pu arriver beaucoup plus loin que ce que l’on pensait », indique Luis Atienza, Président de Red Electrica de Espana (REE), gestionnaire de réseau espagnol. Aujourd’hui, l’Espagne est un pays en pointe pour intégrer massivement les énergies renouvelables dans leur système électrique. Qu’en est-il exactement ?

Au-delà des lignes : Aujourd’hui, quelle est la part des énergies renouvelables dans la production électrique espagnole ?

Luis Atienza : Pour les 9 premiers mois de 2010, les énergies renouvelables représentent presque 40% de la production électrique, en valeurs moyennes. Soit :

  • 18 ou 19% de production hydroélectrique,
  • 16% d’éolien,
  • 2% d’énergie solaire thermoélectrique et photovoltaïque,
  • environ 1% de biomasse.

Nous atteignons les 40% car la production hydroélectrique, cette année, a presque doublé ! Pour 2020, notre objectif est de consolider cette part de 40% d’énergies renouvelables, parmi les sources d’énergie électrique. Comme nous prévoyons plutôt 10% d’hydroélectrique, nous devons augmenter la part de l’éolien jusqu’à 23-24% et du solaire à 6-8%.

En valeurs instantanées, à certaines périodes, la production éolienne peut couvrir jusqu’a 54% de notre demande en électricité. (...) Lire la suite

Repost 0
Published by cap21npdc - dans Energie
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 07:00

ou comment faire capoter une bonne initiative au départ ...

Helene-Pelosse.jpgIRENA (Agence Internationale des Energies Renouvelables) est une initiative allemande au départ et due à l'impulsion d'Hermann Scheer, député allemand ardent promoteur de l'emploi de l'énergie solaire, décédé récemment. Initialement cette agence, dont la création était défendue par l'Allemagne devait s'installer à Bonn où de nombreux locaux des ministères et administrations de l'ex-capitale fédérale sont disponibles (et le personnel hautement qualifié qui va avec et qui n'a pas pu partir à Berlin...). Mais notre éminent Président poussa à fond pour une autre implantation à Abu Dhabi dans le cadre de sa politique étrangère de réconciliation avec le monde arabe, dans l'espoir aussi de l'obtention de vente d'armes en échanges. Cela permettait aussi à celui-ci d'écarter cette future agence dont l'influence sur les Etats européens ou autres pouvaient compromettre sa volonté et ses efforts répétés de promotion de l'énergie nucléaire et la vente de nouvelles centrales. Dernier point, trouver un contributeur majeur arrangeait finalement pas mal d'Etats européens dont les budgets sont contraints actuellement, crise oblige !

Hélène Pelosse dénonce à juste titre le poids du lobby pétrolier qui n'a aucun intérêt à voir l'IRENA prendre du poids. Heureusement que dans cette affaire, très mal emmanchée dès le départ, tout n'est pas perdu et comme le signale Héléne Pelosse, il restera le pôle de R & D dépendant de l'agence et qui va lui s'installer à Bonn. Pour finir les circonstances qui ont conduit à décider à s'installer dans un pays peu démocratique, appliquant la charia et à mettre la vie de sa directrice générale en danger devront être révélées ... M.E.

Lire l'entretien d'Hervé Kempf avec Hélène Pelosse dans le Monde

Lire le récit des circonstances du choix de l'implantation actuelle d'IRENA

Repost 0
Published by cap21npdc - dans Energie
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques