Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 11:55

L'UFC-Que Choisir appelle les consommateurs à conserver leurs contrats actuels

Le 1er juillet 2007, les marchés de l'électricité et du gaz vont être ouverts à la concurrence pour les particuliers français. A compter de cette date, les consommateurs pourront :

-Soit rester aux tarifs réglementés, fixés par les pouvoirs publics et uniquement délivrés par EDF et Gaz de France, en ne souscrivant à aucune nouvelle offre.

-Soit quitter les tarifs réglementés et choisir une offre aux prix de marché. Ces offres seront proposées par tous les fournisseurs, y compris EDF et Gaz de France.

L'UFC-Que Choisir alerte les consommateurs sur les conséquences de l'abandon des tarifs réglementés :

-Les risques d'augmentations violentes des prix sur le marché libre sont bien réels. Les tarifs réglementés resteront ainsi inférieurs, voire très inférieurs pour l'électricité, aux prix de marché.

-Le choix que feront les consommateurs de souscrire une offre au prix de marché sera irréversible. Lorsque l'occupant d'un logement, qu'il soit propriétaire ou locataire, souscrira une offre sur le marché libre, ce logement ne pourra plus jamais bénéficier des tarifs réglementés.

Ainsi, les consommateurs qui quitteront les tarifs réglementés pourraient voir, comme on l'a constaté pour les entreprises, leur facture grimper de + 65 %, soit une dépense annuelle supplémentaire de 1 222 euros pour un ménage de 4 personnes qui éclaire et chauffe son logement à l'électricité. Le ménage devra faire face à cette augmentation de prix puisque la loi lui interdit de revenir aux tarifs réglementés.

Dès le 1er juillet, l'UFC-Que choisir place sous surveillance les marchés de l'énergie, grâce à :

-Un Indice des Prix de l'Electricité et du Gaz (IPEG), regroupant plus de 400 profils de ménages. Cet outil permettra de suivre l'évolution des prix sur le marché libre et régulé.

-Un observatoire des pratiques commerciales et des contrats, permettant de repérer dès la diffusion des premières offres, les éventuels abus commis par les professionnels et obtenir leur cessation.

A un mois de l'ouverture des marchés, l'UFC-Que Choisir dénonce l'inertie des pouvoirs publics qui n'ont rien prévu pour informer massivement les consommateurs sur les conséquences des choix qu'ils pourraient faire, dans un contexte économique et juridique nouveau et complexe.

L'UFC-Que Choisir lance une campagne d'information et met à la disposition des consommateurs :

-Un serveur vocal d'information : 0 811 88 10 88 facturé au coût d'une communication locale.

-Une liste de plus de 50 questions / réponses sur le site internet www.quechoisir.org.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 15:36

Une étude du WWF, présentée aujourd’hui à Genève lors d’une conférence de presse, montre que nous avons suffisamment de sources d’énergie et de technologies durables pour endiguer le réchauffement climatique. Mais, il faut pour cela prendre des décisions clés dès les cinq prochaines années.

Le rapport « Vision énergétique du WWF pour 2050 »* répond à la question : Est-il techniquement possible de satisfaire les besoins mondiaux en services énergétiques sans détruire le climat ?

25 solutions énergétiques ou technologiques, déjà disponibles, ont été notées selon des critères écologiques, économiques et d’acceptabilité sociale. Le WWF a intégré les meilleures dans un modèle pour en évaluer le potentiel de développement technologique

Il apparaît qu’il est possible de répondre aux besoins grandissants de l’humanité avec des technologies d’économie d’énergie et des sources véritablement écologiques. Celles-ci permettraient de réduire les émissions de CO2 de 60 à 80 % d’ici 2050 et donc de limiter le réchauffement de la planète à moins de 2°C.

D’ici 2050, selon le scénario du WWF, les technologies d’efficacité énergétique pourraient permettre une économie de 40% de production énergétique, les énergies renouvelables contribuer à hauteur de 43% aux besoins et les énergies fossiles représenteraient les 17% restant à condition que le CO2 soit capté et neutralisé.

Pour que ce modèle devienne réalité, une profonde réforme du système énergétique mondial est indispensable et les mesures clés doivent être prises dans les 5 prochaines années.

Cinq conditions sont incontournables selon le WWF :

-Accroître l’efficacité énergétique pour rendre davantage de services tout en stabilisant la consommation mondiale d’énergie dès 2015.

-Stopper la déforestation, source d’importants rejets de CO2.

-Accélérer le développement des énergies renouvelables les plus durables.

-Privilégier de manière transitoire le gaz naturel plutôt que le pétrole et le charbon.

-Empêcher la construction de nouvelles centrales à charbon si elles ne neutralisent pas leurs émissions.

“Cette feuille de route est ambitieuse, mais c’est la seule qui nous garantisse un avenir sûr et durable. Puisque les cinq prochaines années sont déterminantes selon notre étude, nous attendons du Président de la République française et de notre gouvernement une réelle prise en compte de nos orientations » indique Serge Orru, Directeur Général du WWF-France

> Télécharger le rapport complet en anglais

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:03
Richard Branson promet d'expérimenter un avion de ligne au biocarburant (photo Reuters)Un Boeing qui fonctionne au biocarburant? C'est ce que promet Richard Branson, PDG de la compagnie aérienne Virgin Atlantic. Les biocarburants connaissent un vrai boom aux Etats-Unis et en Europe. Mais des experts soulignent les menaces qu'ils font peser sur l'environnement. Une  étude américaine vient de montrer que  la généralisation du bioéthanol augmenterait la mortalité liée à la pollution de l'air. Et la conversion de l'agriculture pourrait avoir aussi de graves conséquences.
 
 
Le bioéthanol ferait augmenter la mortalité

Une pompe expériemntale de bioéthanol en Argentine (photo Reuters)Les biocarburants, souvent présentés comme propres seraient plus polluants que les carburants classiques ? C’est la conclusion d’une étude américaine, publiée dans la dernière édition de la revue en ligne Environmental Science & Technology.

Pire, le bioéthanol, dont le gouvernement américain fait la promotion pour répondre au réchauffement climatique, pourrait accroître la mortalité liée à la pollution atmosphérique.

Aussi dangereux que l'essence
Mark Jacobson, chercheur à l’université de Standford (Californie) a bâti deux scénarii. Dans le premier, il a imaginé que d’ici 2020, tous les Américains seraient équipés d’une voiture à moteur à essence. Dans le second, il fait intervenir une flotte totalement constituée de véhicules carburant au E85, un mélange composé de 85 % d’éthanol et 15 % d’essence.

En comparant les deux, il observe une hausse de 4 % du nombre de décès liés aux émissions de gaz à effet de serre, et notamment de la présence d’ozone dans l’air. «Un mélange de d’essence avec une concentration très élevée d’éthanol présente un risque égal, voire plus grand pour la santé publique, que l’essence seule», précise Marc Jacobson.

Mortalité en hausse de 9% à Los Angeles

Les simulations soulignent aussi une forte augmentation des pathologies dans certaines villes comme Los Angeles, où la mortalité pourrait augmenter de 9 %. La présence d’une cuvette et le fort ensoleillement combinés à l’absence de vent contribuent à la retenue de la pollution. Le nombre d’hospitalisations et de cas d’asthme devraient également progresser.

«Les maladies liées à la pollution atmosphérique sont la 7e cause de mortalité dans le monde», rappelle Mark Jacobson. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’environ 800 000 personnes meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique.

Un rapport publié par le gouvernement américain avait pourtant montré que le développement des biocarburants devrait permettre de diviser par 2 les émissions de gaz carbonique. En 2010, 10 % des véhicules rouleront à l’éthanol, selon l'objectif fixé par le gouvernement.

Le bilan écologique en question
L'étude de Mark Jacobson intervient alors que des études antérieures avaient déjà montré que les carburants d’origine végétale sont aussi polluants. «Il existe une vraie polémique autour du bilan écologique des biocarburants, explique François Carlier, coresponsable des études à UFC-Que Choisir et auteur d’un rapport sur le sujet: Les résultats varient beaucoup selon les rapports.» Des études ont conclu qu’un litre d’éthanol peut réduire jusqu'à 75 % ces émissions par rapport à un litre d'essence.

L'Institut français du pétrole (IFP) et l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) devraient publier en septembre la première étude française sur le bioéthanol en tant que carburant.
Cécile Peltier cecile@plusnews
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 09:29
Votez contre l'EPR avec Greenpeace



CAP 21, parti écologiste présidé par Corinne LEPAGE soutient l’action de GREENPEACE pour imposer dans le débat d’entre deux tours la question du nouveau réacteur EPR dont les travaux ont démarré à Flamanville dans la Manche.

Nous ne rappellerons pas les nombreux arguments qui plaident pour un moratoire sur l’EPR (technologie obsolète, coût élevé…) et qui ont amené CAP 21 et Corinne LEPAGE à manifester très tôt leur opposition au projet.

Ces arguments n’ont jamais pu être valablement opposés dans un débat transparent garantissant la liberté d’expression et de contre-expertise. Tout le processus est tronqué depuis le départ, les décisions étant prises avant même l’organisation des réunions publiques.

Que dire de la signature du décret autorisant l’EPR quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, symptomatique d’un véritable déni de démocratie. Eric DELHAYE, porte-parole de CAP 21, demande aux deux candidats de préciser leur vision de la politique énergétique française lors du débat du 2 mai et les moyens par lesquels ils entendent développer une plus grande sobriété énergétique et favoriser les énergies renouvelables
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 07:59
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 07:47

A une dizaine de jours du premier tour de l’élection présidentielle, le gouvernement vient de signer le décret qui autorise la construction du nouveau réacteur nucléaire EPR à Flamanville dans la Manche.

Nous ne rappellerons pas les nombreux arguments qui plaident pour un moratoire sur l’EPR (technologie obsolète, coût élevé…) et qui ont amené CAP 21 et Corinne LEPAGE à manifester très tôt leur opposition au projet.

Ces arguments n’ont jamais pu être valablement opposés dans un débat transparent garantissant la liberté d’expression et la possibilité de contre-expertise. Tout le processus est tronqué depuis le départ, les décisions étant prises avant même l’organisation des réunions publiques.

Pour Eric Delhaye, porte-parole de CAP 21, après les décrets relatifs aux OGM, ce décret sur l’EPR reflète une nouvelle fois la conception que le gouvernement se fait de la démocratie et de la participation citoyenne : une conception autoritaire qui devrait appartenir au passé mais encore bien présente, à la solde des clans et des lobbys.

Face à ce viol démocratique, CAP 21 et Corinne LEPAGE tiennent à manifester leur plus vive protestation, demandent le retrait du décret et l’organisation d’une expertise scientifique indépendante en préparation d’un débat national après les élections.

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 07:46

ÉNERGIE • Le chantier de la plus grande centrale de France entre dans sa phase concrète avec le montage de la première machine à Créquy

 Une fois hissé au sommet du mât, le rotor sera dans la majorité des cas à environ 80 mètres du sol. En «haut de pale» la hauteur sera de 120 mètres.

L’énergie renouvelable est un thème de campagne. Mais à Fruges, on ne se pose plus la question de savoir quelle place accorder à l’éolien. Dans quelques semaines, la première tranche d’un projet de 70 éoliennes produira ses premiers mégawatts.

PAR ANTHONY BERTELOOT
region@lavoixdunord.fr
PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

La première machine du projet de Fruges, le plus grand en France – et même d’Europe selon EDF – sort de terre, à Créquy, dans le canton de Fruges. La conclusion d’un feuilleton qui a démarré fin 2001, quand la communauté de communes du canton de Fruges (CCCF) a voté la poursuite d’études sur son territoire. Quelques mois plus tard, la société allemande Ostwind est choisie pour 110 à 140 machines.

 >  Un long fleuve pas tranquille. – Mais si l’enquête publique lancée en novembre 2003 aboutit à un avis favorable, une pétition recueille plus de mille signatures en mai 2004. Il faut dire qu’entre-temps une éolienne s’est effondrée sur la digue du Portel et a contraint la préfecture à reconsidérer les conditions d’implantation. D’où un projet revu fortement à la baisse en juillet 2004, avalisé par la préfecture pour 70 aérogénérateurs. Encore trop pour la nouvelle Association de défense de l’environnement frugeois (ADEF) qui attaque le projet devant le tribunal administratif (TA) de Lille en septembre. Ce dernier lui donne raison et annule 31 des 68 permis de construire au motif que «  l’expression du public a été entravée. » Un point de détail jugé procédurier par Jean-Jacques Hilmoine, président de la CCCF et principal instigateur du projet. D’ailleurs, en décembre 2005, la cour d’appel de Douai annule la décision du TA et relance le projet. Les opposants baissent pavillon. Mais le projet a été gelé près de deux ans.

 >  Les travaux. – Les premiers accès ont été créés en octobre 2006, puis les premiers massifs de béton, qui accueilleront les mâts, coulés cet hiver. À ce jour, la partie inférieure du mât de la première machine a été installée. Ironie du sort, et malgré le temps clément observé à Créquy, le chantier était suspendu hier : trop de vent ! La société allemande en charge de livrer clé en main les machines ne peut travailler avec une brise excédant 10 m/seconde. Hier matin, au sommet de la gigantesque grue, on relevait près du double. Le timing idéal voudrait que la première machine soit montée avant samedi. Mais il reste encore à terminer le mât, puis à hisser le rotor, la machinerie et les trois pales – 55 tonnes en tout – à son sommet. Dès ce week-end arrivera une nouvelle machine en quatorze convois, dont la moitié classés « exceptionnels ».

 >  Retombées. – Ostwind espère tenir le rythme d’une éolienne par semaine. À l’été 2008, seize parcs auront été construits sur huit communes. En attendant peut-être une rallonge de dix à vingt autres machines à la faveur d’une loi qui revoit les seuils des permis de construire. «  La puissance des agglomérations fait qu’elles attirent les grandes entreprises, constate Jean-Jacques Hilmoine. Nous, on n’aura jamais Toyota. Mais on n’installe pas d’éoliennes en ville. On fait du développement économique sans investir. Et avec des bénéfices ! »  •

( La Voix du Nord, Edition du 05/04/2007)

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 08:50

 

 Symboliquement, les manifestants antinucléaires se sont, hier après-midi, allongés sur la place de la République à Lille. PHOTO STÉPHANE MORTAGNE

Soixante mille manifestants dans toute la France, dont quelque quatre mille à Lille, pour dénoncer la construction d’un réacteur nucléaire (EPR) en Basse-Normandie.


14 h, sur la place de la République à Lille. Ça sent la merguez un peu trop cuite et les enceintes crachent un son quasiment inaudible, mais le sourire est de rigueur. Ambiance bon enfant. Gérard a fait le déplacement depuis l’Oise en compagnie de son ami Kader. « Le nucléaire n’est pas la solution d’avenir au niveau des énergies, assure le quadra, qui a revêtu pour l’occasion une blouse de chirurgien. Avec les trois milliards d’euros que va coûter la construction de l’EPR, on pourrait créer des milliers d’emplois. »

Un choix de vie

La petite Émilie, elle, ne parle pas encore. Du haut de ses 15 mois, elle n’a pas forcément encore d’avis sur le nucléaire, mais son papa, Thomas, parle pour elle : « Tout cela fait partie de choix de vie. Émilie n’a pas envie du nucléaire. » La facilité avec laquelle le bébé descend son biberon de lait est, pour les parents, originaires de Marchiennes, l’assurance qu’ils ont fait le bon choix en venant manifester contre la construction du réacteur nucléaire EPR en Basse-Normandie. Comme eux, quatre mille personnes (soixante mille sur l’ensemble du territoire national) ont battu le pavé lillois, hier après-midi, à l’invitation du collectif Stop EPR. Un rassemblement aussi festif que revendicatif qui, à un mois de l’élection présidentielle, avait pour but de rappeler que l’avenir énergétique de la France se devait d’être décidé par tous les Français et pas simplement par le lobby pro-nucléaire. « Des alternatives existent », a-t-on répété, hier après-midi, dans les rangs d’un cortège bigarré.

www.lavoixdunord.fr (Edition du 18 Mars 2007).

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 07:23
Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 10:11

Paris, France — Le 22/02/07 - Greenpeace publie aujourd'hui une étude de John Large, expert britannique de renommée internationale sur les questions de sécurité nucléaire. Cette étude a pour but d'évaluer le risque que représente le projet de nouveau réacteur prévu à Flamanville en Normandie. Sa conclusion est sans équivoque : le futur réacteur EPR sera le plus dangereux au monde...........

Le dossier Greenpeace

Repost 0
Published by Laurent JEANNAS - dans Energie
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques