Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 07:00

WWW.NOVETHIC.FR

Fumées bitumeLe 10 mai 2010, le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Bourg-en-Bresse a pour la première fois établi le lien entre l'inhalation des fumées de bitume et le cancer de la peau. Il a déclaré Eurovia, une filiale de Vinci, coupable de « faute inexcusable » pour la maladie contractée par l'un de ses ouvriers

Le bitume va-t-il entraîner un scandale de santé publique aussi important que l’amiante ? Le 10 mai dernier, pour la première fois, un tribunal, celui des affaires de sécurité sociale (TASS) de Bourg-en-Bresse, a reconnu le lien entre l’inhalation de fumées de bitume et le cancer de la peau d’un ouvrier. Si le tribunal a été prudent sur la cause même du cancer, en précisant qu’il avait « pu trouver que la conjonction de projections, voire d'inhalations, du bitume avec les UV favorisait, soit le risque né des UV, soit le risque né du bitume », il a tout de même condamné son employeur, Eurovia, un constructeur de routes filiale de Vinci, pour « faute inexcusable ».

Lire la suite

Repost 0
Published by NOVETHIC - dans Santé publique
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 11:52

Réactualisation au 08-05-2010 : le gouvernement se couvre de honte en défendant des positions dictés par les lobbies des pesticides !

Lire le communiqué du Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures

LE MONDE 30-04-2010

Agrochimie.jpgA la veille de l'examen à l'Assemblée nationale, du 4 au 7 mai, du projet de loi Grenelle 2, le rapport " Pesticides et santé ", rendu public mercredi 28 avril par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), risque de renforcer l'inquiétude des défenseurs de l'environnement qui craignent que le gouvernement revoit à la baisse ses promesses.

Les deux rapporteurs, le député UMP de la Manche Claude Gatignol, vétérinaire, et le sénateur UMP de la Marne, Jean-Claude Etienne, professeur de médecine, pointent ainsi les risques que ferait courir " à un pan entier de notre économie " la mise en oeuvre de l'un des engagements du Grenelle de l'environnement : la division par deux de l'utilisation des pesticides d'ici à 2050.

 

Lire la suite


 Les pesticides sont utilisés en quantités considérable depuis plus d’un demi siècle par l’agriculture intensive. On retrouve des résidus de pesticides partout : dans l’eau bien sûr, mais aussi dans l’air, les brouillards et l’eau de pluie ! Les pesticides sont présents dans nos aliments également : plus de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent. Ils finissent finalement dans nos organismes, apportés là par l’eau et les aliments consommés. Nos organismes hébergent ainsi des centaines de molécules toxiques dont de très nombreux pesticides.

Les pesticides posent un véritable problème de santé publique, et pas seulement pour les utilisateurs qui sont les plus exposés, mais aussi pour la population générale. En effet, les effets de faibles quantités de pesticides , en mélange, pendant des périodes longues posent de nombreux problèmes de santé. L’épidémiologie nous montre ainsi que les personnes exposées aux pesticides ont plus de risque de développer de nombreuses maladies que les autres : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli sont plus fréquent chez eux !

Face à cette situation, une seule solution : mieux évaluer les pesticides pour interdire à priori tout ceux qui présentent un potentiel toxique pour l’homme avéré ou même suspecté et surtout diminuer considérablement l’usage des pesticides en changeant d’urgence le type d’agriculture pratiquée dans notre pays ! 

 

source : MDRGF Pour en savoir plus http://www.mdrgf.org/2sommpestos.html


La France, premier utilisateur de pesticides en Europe

Ventes en France, environ 90 % des 78 600 tonnes de pesticides vendues en 2008 ont servi à des usages agricoles.

Les ventes baissent mais l'Hexagone reste le premier pays consommateur de pesticides en Europe et le quatrième au niveau mondial derrière les Etats-Unis, le Brésil et le Japon. Le rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) estime que, " rapportée à la consommation moyenne de pesticides par hectare cultivé, la France se place dans une position moyenne ".

Utilisation La culture des céréales à paille, du maïs, du colza et de la vigne occupait, selon un rapport officiel publié en 2005, moins de 40 % de la surface agricole nationale mais utilisait près de 80 % des pesticides vendus en France chaque année.

Repost 0
Published by Le Monde - dans Santé publique
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 09:20

Danger.jpgExposition des consommateurs aux nanomatériaux manufacturés : l’AFSSET recommande le principe de précaution

L’AFSSET publie ce jour les résultats d’une expertise collective sur l’évaluation des risques liés aux nanomatériaux pour la population générale et pour l´environnement. Ce nouveau rapport fait suite à une expertise d’octobre 2008 sur « la santé et la sécurité au travail » face aux risques des nanomatériaux. Il avait proposé l’application de règles des produits chimiques dangereux, comme le confinement dans les sites de production.


L’AFSSET publie ce jour les résultats d’une expertise collective sur l’évaluation des risques liés aux nanomatériaux pour la population générale et pour l´environnement.

 Cette expertise a identifié plusieurs centaines de produits de grande consommation contenant des nanomatériaux, présents dans notre quotidien : textiles, cosmétiques, alimentaires, équipements sportifs, matériaux de construction ... Des études nouvelles suggèrent la possibilité de risques pour la santé et pour l’environnement de certains produits.

 Face à cette situation d’incertitude, l’AFSSET recommande d’agir sans attendre au nom du principe de précaution :

 Rendre obligatoire la traçabilité des nanomatériaux. Cela passe par une obligation de déclaration par les industriels

 La mise en place un étiquetage clair qui mentionne la présence de nanomatériaux dans les produits et informe sur la possibilité de relargage à l’usage.

 D’aller jusqu’à l’interdiction de certains usages des nanomatériaux pour lesquels l’utilité est faible par rapport aux dangers potentiels.

 L’harmonisation des cadres réglementaires français et européens pour généraliser les meilleures pratiques : déclaration, autorisation, substitution.
En particulier, une révision de REACH s’impose pour prendre en compte les nanomatériaux manufacturés de manière spécifique et quel que soit leur tonnage.

 Elle fait également des recommandations pour construire une méthode renouvelée d’évaluation des risques sanitaires qui soit adaptée aux spécificités des nanomatériaux.

 

Lire la suite

 

NdlR L’Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) est un établissement public administratif de l’État placé sous la tutelle des ministres chargés de la santé, de l’écologie et du travail.

Repost 0
Published by AFSSET - dans Santé publique
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 14:51

LEVIF.BE 30-03-2010

ChocolatUn petit carré de chocolat chaque jour réduit le risque d’attaques cérébrale et cardiaque. Le secret d’un corps sain ? Le flavanol.

À l’approche de Pâques, ce genre d’information est plutôt réjouissant : consommer des œufs en chocolat serait bon pour la santé. Une étude médicale allemande rapporte qu'un peu de chocolat chaque jour et de préférence noir, contribuerait à réduire la tension artérielle et le risque de maladies cardiaques.

Et ce ne serait pas des paroles en l’air. Les médecins s’appuient sur dix ans d’études durant lesquels 19 357 adultes de 35 à 65 ans ont été suivis sur le plan médical et en tenant compte de leur mode de vie.

Constat : un carré de chocolat d’une plaquette de 100 g a des effets positifs sur notre santé. Les plus gros mangeurs de chocolat (7,5 grammes par jour, soit environ un carré d'une plaquette de 100 g) avaient une pression sanguine plus basse et une réduction de 39 % du risque de faire une attaque cardiaque (infarctus) ou cérébrale (AVC) que ceux qui n’en mangeaient qu’1,7 g/jour.

La différence porte seulement sur 6 grammes de chocolat par jour, autrement dit sur moins d'un petit carré d'une tablette de 100g, pointent les auteurs de l'étude.
« Si les personnes du groupe le moins consommateur de chocolat en mangeaient 6 g de plus par jour, on pourrait s'attendre à 85 attaques cardiaques et cérébrales en moins pour 10.000 sur dix ans », soulignent les chercheurs.

Cet effet bénéfique sur la pression artérielle et la santé cardiaque serait dû aux flavanols du cacao qu’on retrouve en plus grande quantité dans le chocolat pur noir. Ils auraient des effets antioxydants.

Les flavanols sont également présents dans d’autres produits tels que les haricots rouges, les lentilles, les pois chiches, les myrtilles ou encore le thé vert.


Le Vif.be, avec Belga
Repost 0
Published by Le Vif - dans Santé publique
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 17:30

DDMAGAZINE.COM 08-02-2010

800px-bisphenol a.svg

De nouvelles études et publications scientifiques internationales ayant été publiées récemment sur le Bisphénol A (BPA), l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) s’est autosaisie en octobre 2009 et a demandé à ses comités d’experts spécialisés de les examiner avec attention et d’auditionner le Réseau Environnement Santé. Sur cette base, l’Afssa conclut que rien ne permet de remettre en cause les précédentes évaluations du risque sanitaire. Elle reconnaît toutefois des effets subtils du BPA, observés en particulier sur les rats après une exposition in utero, et la nécessité de poursuivre son expertise. Ce qui provoque l'ire du Réseau Environnement Santé qui demande l'interdiction immédiate du Bisphénol A. 

Le Réseau Environnement Santé demande à Madame la Ministre de la Santé, ministre de tutelle de l'AFSSA, de prendre une décision d'interdiction du BPA dans les plastiques alimentaires, "seule mesure susceptible d'arrêter la contamination maternelle et par voie de conséquence celle de la quasi-totalité des foetus".  Pour l'association "il est donc urgent d'agir et de ne pas attendre, comme le propose l'AFSSA, les résultats d'études à venir. Il y a urgence, car le problème principal est la contamination du fœtus par sa mère et cette contamination est principalement d'origine alimentaire au travers des boîtes de conserve, canettes de boisson, films alimentaires, récipients, bouteilles d'eau et matériel électroménager en polycarbonate".


Lire la suite

Repost 0
Published by cap21npdc - dans Santé publique
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 17:26

AGORAVOX 02-01-2010

Le Gouvernement autorise par décret l’ajout de substances radioactives dans les biens de consommation...

Risque-radioactivit-.gifHier, comme tous les mois, je reçois mon mensuel UFC Que Choisir à la maison. Bien installé dans mon canapé je commence la lecture du numéro 477 de janvier 2010. Arrivé à la page 4, heureusement que j’étais assis ! Titre de l’article : « Déchets nucléaires : on risque de les avoir chez soi. »

Arrivé à la fin de sa lecture, atterré, je n’ai plus qu’une seule question aux lèvres : « Mais qui donc arrêtera cette bande de cinglés qui nous gouvernent ?! » De quoi s’agit-il ?

En infraction au code de la santé publique de 2002, malgré un avis défavorable de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et en violation à la loi du 28 juin 2006 sur la gestion des matières et déchets radioactifs, le Gouvernement de la Francetout ce que nous consommons, des vélos et des meubles en passant par les vêtements, les voitures, les emballages, le ciment, la laine de verre, les vitres… etc… etc… pourront être susceptibles, sans qu’on le sache, de libérer dans notre très proche environnement des radionucléides pendant toute la durée de leur élimination… c’est-à-dire au minimum 30 ans. Or, l’ASN est très claire : elle interdit la dilution comme mécanisme d’élimination. Pour en savoir plus vous pouvez vous reporter à l’article. a fait passer en douce un arrêté en mai 2009 autorisant l’ajout de substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction. Ça veut dire, que si l’arrêté n’est pas annulé,

Ici, le scandale de l’amiante, du sang contaminé, du nuage de Tchernobyl qui s’arrête à nos frontières, de la pollution routière… etc… sont relégués au rang de simples épiphénomènes. Mais le plus grave, c’est qu’au sein même de notre gouvernement il y ait des mecs qui aient pu penser à ça… simplement y penser ! Quelle idéologie devenue démente les aveugle à ce point là ? Quelle toute-puissance les anime pour qu’ils puissent s’autoriser à légiférer à tour de bras (Hadopi, Taxe carbone…) des lois et des arrêtés anticonstitutionnels ?

Qui les arrêtera ? Nos députés, devenus de simples godillots sans plus aucune représentativité ni aucun pouvoir ? La presse inféodée au pouvoir financier ? La justice qui se trouve de plus en plus amputée de tous les outils lui permettant un minimum de contrôle sur la délinquance en col blanc (disparition du juge d’instruction, dépénalisation du droit des affaires et de la consommation, refonte des services de la Répression des fraudes…) ? Les instances scientifiques noyautées par les intérêts privés ? Plus aucun contre-pouvoir ne fonctionne véritablement… Ne reste, peut-être, que le fragile garde-fous (jamais l’expression n’a été aussi exacte !) du Conseil Constitutionnel… Frêle bouée…

Voir aussi la campagne de la CRIIRAD sur cette question

Repost 0
Published by www.cap21npdc.net - dans Santé publique
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:44

DOCTISSIMO 14-12-2009

Vous connaissiez la stérilisation à froid, la pasteurisation, la congélation, la surgélation, l'appertisation… Mais vous ne saviez peut-être pas que l'irradiation est elle aussi utilisée pour la conservation des aliments ! En effet, la technique d'ionisation, terme officiel, est une technique répandue mais peu contrôlée.

La maîtrise de l'énergie nucléaire a de multiples débouchés, de la propulsion navale à la production d'électricité en passant par l'armement. Mais depuis plusieurs années, l'industrie agro-alimentaire elle aussi se délecte des opportunités offertes par cette technologie, sans en informer vraiment les consommateurs.

L'énergie nucléaire au service de l'alimentation

Irradiations alimentsL'ionisation des aliments, terme officiel pour désigner leur irradiation, est utilisée pour conserver et de décontaminer les aliments. Techniquement, il s'agit d'exposer un aliment à un flux de rayonnements ionisants, générés par une source radioactive, du cobalt 60 et parfois du cesium 137. Ce traitement permet de décontaminer les denrées, de ralentir le mûrissement, d'inhiber la germination et de conférer une meilleure conservation. Dans un contexte de mondialisation de l'industrie agro-alimentaire, cette technique est  employée pour tenter de "limiter" les risques liés au transport des marchandises et donc les pertes pour les industriels.

Un procédé aux conséquences mal connues

Ce procédé ne rend pas les aliments radioactifs, il s'agit d'un processus de destruction de la matière : après exposition aux rayons gamma, on obtient des électrons et des radicaux libres, des bouts de molécule en quelque sorte. Mais ces derniers sont très réactifs et cherchent naturellement à se recombiner. Soit ils se recombinent de manière à reconstituer la molécule originelle, soit de manière aléatoire,  formant ainsi de nouvelles molécules, les produits néoformés. "Le problème, c'est qu'il est très difficile de savoir quelles sont les molécules en question. Et donc, il est pratiquement impossible d'en étudier l'éventuelle toxicité" alerte Roland Desbordes, président de la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (Criirad) et membre du Collectif  contre l'irradiation des aliments1

Malgré ces inconnues, les réglementations, tant européennes que nationales, autorisent l'emploi de cette technique2, mais en limitant les doses d'irradiation et les denrées pouvant y être soumises. En France, l'ionisation est autorisée pour 14 type de denrées3

 

Lire la suite

Repost 0
Published by Doctissimo - dans Santé publique
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 09:29

NOVETHIC 13-11-2009

Le Plan Cancer 2009-2013 a déçu. Socialistes, Verts et écologistes dénoncent un plan dénué d'ambition, en particulier en termes de lutte contre les facteurs environnementaux des cancers. Et si tous saluent l'effort fait en matière de lutte contre les inégalités géographiques face au cancer, la quasi absence de mesures restrictives sur l'utilisation de substances potentiellement cancérogènes fait grincer les dents.

Pourtant, ce deuxième Plan Cancer, qui s'inspire du rapport remis par le Pr Jean-Pierre Grünfeld au président de la République en février 2009, présente comme thème transversal « d'assurer l'analyse et la prise en compte des facteurs individuels et environnementaux. » Et parmi les six mesures phares, il prévoit de consacrer 15% du budget « Recherche », soit près de 14,3 millions d'euros, à l'analyse des risques environnementaux et comportementaux. Alors, quels sont concrètement les engagements de ce plan sur l'enjeu environnemental ?

 

Lire la suite

5e Forum de l’Ecologie Santé : Prévenir plutôt que guérir

On soigne de mieux en mieux les cancers, mais de plus en plus de gens sont touchés. La médecine progresse mais pas forcément la qualité de la vie. Un forum pour s’attaquer à ces paradoxes, évoquer la qualité de l’alimentation, les antennes relais ou la pollution intérieure... un forum pour redonner du sens au mot santé.

 

Accès gratuit.

Le 21 Novembre 2009 de 14 h à 17 h

Au Chênelet (Landrethun le Nord)

28, rue de Moyecques

62250 LANDRETHUN LE NORD

Plus de détail sur le forum


Pour s’y rendre -> http://pagesperso-orange.fr/chenelet/itineraire.pdf

Un covoiturage sera organisé à partir de la gare Calais Frethun

 

Repost 0
Published by Novethic - dans Santé publique
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 10:46

WWW.DOCTISSIMO.FR

Les pesticides sont très largement utilisés dans l'agriculture traditionnelle pour favoriser une croissance saine des plantes. Problème : leurs répercussions sur l'environnement, que ce soit dans l'air, dans l'eau ou dans notre assiette. Les conséquences néfastes sont depuis longtemps mises en évidence par les scientifiques.

Trois principaux pesticides sont utilisés en agriculture : les insecticides pour se débarrasser d'insectes ravageurs, les fongicides pour éviter les maladies causées par des champignons et les herbicides (ou désherbants) pour supprimer les "mauvaises" herbes.


La connaissance des méfaits des pesticides sur la santé devrait naturellement imposer leur réduction. Pourtant, il n'en est rien dans notre pays. L'étude de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)1 portant sur l'année 2007, désigne la France comme le plus mauvais élève européen. Tandis que certains de nos voisins réduisent l'utilisation de produits chimiques pour leurs cultures, nous sommes sur la première marche du podium des pays les plus contaminés en Europe et en quatrième place, sur le plan mondial.

 

Voir la suite

1- “2007 annual report on pesticides residues”, according to Article 32 of Regulation (EC) No 396/2005, prepared by Pesticides Unit of EFSA, issued on 10 june 2009.
2 - Etude “Pesticides, non merci” réalisée par le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), mise à jour en janvier 2009.
3 - Etude “Risques de cancers et pesticides” par l'Institut national du cancer, mars 2009.
4 - Observatoire des résidus de pesticides (ORP).

Repost 0
Published by Doctissimo - dans Santé publique
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 14:37

LIBERATION

"Zéro alcool pendant la grossesse, le faire savoir, un devoir"

Le slogan est sur les affiches et dans les spots cinéma des salles du Nord Pas-de-Calais : «Zéro alcool pendant la grossesse, le faire savoir, un devoir». La consommation baisse chez les jeunes, mais la région reste la deuxième la plus touchée par le syndrome d'alcoolisation fœtale après la Bretagne. Explications avec le Dr Laurent Urso, alcoologue au Centre hospitalier de Roubaix.

 

 

«Zéro alcool pendant la grossesse», le message s'adresse à toutes?
Il y a deux types de femmes concernées. D'abord les alcoolo-dépendantes, pour lesquelles la prise en charge est lourde, au delà de la simple information.C'est un problème avant la grossesse, qui devient aigu avec la grossesse et qui nécessite un suivi après. Cela concerne 5% des femmes enceintes, en France, comme dans le Nord-Pas-de-Calais. Et puis il y a 95% des consommatrices, qui n'ont pas de difficulté avec l'alcool. Le message s'adresse aussi à elles, elles ne savent pas toujours que quand elles boivent, leur alcoolémie sanguine est égale à celle du fœtus. Quand elle est à 0,20, il est à 0,20 aussi.


Voir la suite

Repost 0
Published by Libération - dans Santé publique
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques