Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 11:34

POUSSIERES EN SUSPENSION

Atmo-NPdC.gifDepuis dimanche 20 mai, à 17h00, les concentrations de poussières en suspension dans l’atmosphère dépassent le niveau d’information et de recommandation.
Alors que ce niveau n’était atteint que sur l’agglomération de Dunkerque, depuis hier, mardi 29 mai, à 08h00, les concentrations de poussières en suspension sont de nouveau supérieures au seuil d’information et de recommandation sur l’ensemble de la région depuis hier, à 23h00.
Les niveaux de poussières en suspension mesurés par nos stations sont présentés en annexe (page 2).
Au vu des conditions météorologiques annoncées (ciel couvert, vent faible de secteur Nord-Ouest, pression atmosphériques à 1018.6 hPa et température à 11.5°C) et au vu des modèles de prévision de la qualité de l’air, le niveau d’information et de recommandation, fixé à 50 μg/m3 en moyenne glissante sur 24 heures est maintenu aujourd’hui, sur toute la région.
Le niveau d’alerte, fixé à 80 μg/m3 en moyenne glissante sur 24 heures ne sera pas atteint aujourd’hui.
Demain, cet épisode de pollution devrait se poursuivre en raison de concentrations élevées de poussières en suspension.
Le niveau d'information sera maintenu demain.
Le niveau d’alerte ne devrait pas être atteint demain.
atmo Nord – Pas-de-Calais applique, depuis le 28 janvier, les nouveaux seuils d’information et d’alerte abaissés en moyenne sur 24 heures à (Décret n°2010-1250 du 21 octobre 2010 et Arrêté inter préfectoral du 26 janvier 2012) :
 50 μg/m3 pour le seuil d’information (au lieu de 80 μg/m3)
 80 μg/m3 pour le seuil d’alerte (au lieu de 125 μg/m3)
Il est recommandé aux personnes sensibles (enfants, personnes âgées, femmes enceintes, personnes déficientes respiratoires) :
 d’éviter toute activité sportive ou physique intense augmentant le volume d’air inhalé
 de veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d’autres facteurs irritants, tels que l’usage de solvants sans protection appropriée, ou encore le tabac qui joue un rôle majeur dans la survenue des maladies respiratoires
 de respecter le traitement médical en cours et de consulter un médecin en cas de gêne.
Par mesure de prévention, il est préférable dans le cadre de vos déplacements de privilégier les transports en commun et le covoiturage et dans tous les cas d’utiliser les moyens.

Lire la suite ici

Repost 0
Published by Atmo Nord Pas-de-Calais - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 21:06
LARENPDC.jpgPublié le 15 décembre 2011, derniere modification le 12 décembre 2011

L’industrie au regard de l’environnement (IRE) permet de faire le point sur l’évolution de l’environnement industriel régional en reprenant l’ensemble des informations recueillies par la DREAL en début d’année 2011 pour le compte de l’année 2010.

Pour cette vingt-deuxième édition de l’IRE, la DREAL a choisi de présenter une formule « concentrée » qui s’appuie strictement sur les données issues de l’inspection des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Cette édition, destinée à l’ensemble des acteurs régionaux intéressés par les questions d’environnement, précède une réalisation que la DREAL souhaite beaucoup plus intégrée en 2012. L’objectif est de construire une vision complète des pressions qu’exercent sur l’environnement régional les différents secteurs d’activité que sont l’industrie, l’agriculture, les activités domestiques et celles liées aux transports et aux déplacements.

Téléchargez le rapport  www.nord-pas-de-calais.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ire2011-complet.pdf

Les risques technologiques, les rejets dans l’air, les rejets dans l’eau, les déchets, les sols, les carrières, la sûreté nucléaire concernant les établissements industriels de la région.

Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 08:05

Monsieur le Préfet de région se réjouit de la place importante du Nord-Pas-de-Calais au palmarès national 2011 des meilleurs projets d'écoquartiers qui a été dévoilé le 30 novembre par Benoist Apparu, Secrétaire d'Etat au Logement. Ce palmarès s'inscrit dans la dynamique qui a été lancée par le Grenelle de l'Environnement, pour concevoir une ville plus durable.

Sur 400 projets, dont 21 déposés en Nord-Pas-de-Calais, le jury national a décerné le Grand Prix National à la zone de l'Union (Roubaix-Tourcoing-Wattrelos) et le Prix de l'Approche écologique globale au Nouveau Mons (Mons-en-Baroeul). C'est une grande fierté pour la région. Ces prix récompensent des années d'engagement sur le plan local pour mener à bien des projets ambitieux, fortement soutenus par l'Etat, notamment pour la zone de l'Union.

Par de nombreux aspects, le projet de l'Union s'inscrit dans une démarche d'exemplarité : son approche intercommunale, la question de l'intégration du passé historique du site et de son avenir, et la prise en compte du besoin des habitants (logement, nature en ville) et de leur santé (traitement des pollutions). L'appui du projet sur des pôles d'excellence économique (textile, image) laisse augurer d'un futur lieu de vie qui s'inscrit dans l'ambition d'une ville dense et intense, au sein de laquelle de véritables démarches intégrées en termes de mobilité permettent de traiter la place de la voiture de manière raisonnée.

Quant au projet du Nouveau Mons, qui bénéficie d'une situation privilégiée au cœur du tissu urbain et des transports de l'agglomération lilloise, consiste en la rénovation urbaine de la ZUS de Mons en Baroeul et fait l'objet d'une convention avec l'ANRU, prévoyant la réhabilitation de 990 logements, la démolition de 393 logements, la construction de 330 logements dont 55% social (locatif et accession), l'installation de nouveaux équipements publics, le réaménagement d'axes urbains, l'extension du réseau de chaleur, la création de jardins familiaux tout en retissant des liens avec le Vieux Mons. A noter également l'utilisation des énergies renouvelables pour certaines constructions (capteurs solaires pour 50% des logements neufs et les équipements) et la mise en place de membranes photovoltaïque sur certains équipements publics. La fonction écologique des espaces verts est quant à elle développée dans la requalification des espaces publics (créations de noues pour la gestion des eaux pluviales, etc.).

Contacts presse

Christine Diéval - Responsable communication 03 20 13 48 76 - 06 76 80 02 56 christine.dieval@developpement-durable.gouv.fr

Alain Mazoyer - Chef du service ECLAT 03 20 40 43 15 alain.mazoyer@developpement-durable.gouv.fr

http://www.nord-pas-de-calais.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/cp_ecoquartiers_30112011.pdf

Repost 0
Published by Ministère Ecologie - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 10:43

DREAL NPdCLe Schéma vise à identifier, préserver et restaurer les continuités écologiques nécessaires au maintien de la biodiversité pour restaurer une trame verte et bleue sur le territoire régional. Réseau écologiquement cohérent, la Trame verte et bleue permet aux espèces animales et végétales de circuler, de s'alimenter, de se reproduire, de se reposer... Le schéma régional de cohérence écologique est élaboré conjointement par l'État et le Conseil régional.

La loi Grenelle 2 dispose que dans chaque région, un schéma régional de cohérence écologique (SRCE) doit être élaboré d'ici à fin 2012. Il vise à préserver, gérer et remettre en bon état les milieux naturels nécessaires aux continuités écologiques. La notion de continuité écologique s'applique d'une part aux espaces importants pour la préservation de la biodiversité (réservoirs de biodiversité richement dotés) et d'autre part à la qualité des espaces situés entre ces réservoirs et qui permettent de favoriser les échanges génétiques entre eux (corridors écologiques). Le SRCE favorisera la mise en œuvre d'une trame verte et bleue (TVB) sur le territoire régional. Il est élaboré conjointement par l'État et le Conseil régional qui associeront un « comité régional trame verte et bleue », composé de 5 collèges « Grenelle », dont la création officielle devrait être arrêtée prochainement.

Le document comprendra cinq parties :

  • Une présentation et une analyse des enjeux régionaux relatifs à la préservation et à la remise en bon état des continuités écologique,
  • Un volet identifiant les espaces naturels et les corridors écologiques,
  • Une cartographie de la trame verte et bleue,
  • Les mesures contractuelles permettant d'assurer la préservation et la remise en bon état de la fonctionnalité des continuités écologiques,
  • Les mesures prévues pour accompagner la mise en œuvre des continuités écologiques pour les communes concernées par le SRCE.

Un document opposable

L'effet juridique majeur du SRCE est une obligation faite aux documents de planification et projets de l'État, des collectivités territoriales et de leurs EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) de prendre en compte le SRCE et de préciser les mesures permettant d'éviter, de réduire et le cas échéant, de compenser les atteintes aux continuités écologiques que leur mise en œuvre est susceptible d'entraîner (article L371-3 du Code de l'environnement). Les projets d'infrastructures linéaires de l'État sont explicitement visés.

Gouvernance et concertation

Le processus d'élaboration a fait l'objet d'un comité de pilotage le 10 mai 2011. Présidé par l'État et la Région, il a permis de trouver un accord de méthode avec la région, soucieuse d'une bonne prise en compte de ses travaux antérieurs à la loi Grenelle. Ainsi, l'élaboration du SRCE-TVB Nord-Pas-de-Calais servira aussi à la révision du SRADT (Schéma régional d'aménagement et de développement du territoire) de la Région dont une annexe concerne ce même sujet. La maitrise d'ouvrage du SRCE-TVB a été confiée au Conservatoire botanique national de Bailleul qui s'appuie sur l'expertise du Conservatoire faunistique régional et de l'Agence de l'eau.

La méthode de travail a été présentée lors d'une première réunion de concertation présidée par l'État et la Région le 12 juillet 2011. Les invités en étaient une soixantaine d'organismes ou experts préfigurant, à quelques évolutions près qui restent à finaliser, le futur comité régional TVB.

Un atelier de travail spécifique a été initié pour travailler sur les mesures contractuelles et les mesures pour accompagner les communes : il se réunira à trois reprises entre fin octobre 2011 et début janvier 2012.

Quatre réunions de concertation devraient avoir lieu entre décembre 2011 et début février 2012 sur différents territoires de la région sur la base d'un document d'étape.

La réunion d'installation officielle du comité régional TVB pourrait se faire fin février 2012. Le schéma y serait présenté dans une version permettant le lancement des consultations officielles prévues par la loi, en vue d'une enquête publique à lancer à l'automne 2012.

Par ailleurs, le schéma fera l'objet d'une évaluation environnementale.

Repost 0
Published by DREAL NPdC - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 13:00

La Voix du Nord

Notre région, lanterne rouge du bio, veut promouvoir sa filière. Ce week-end, A Pro Bio organise ses 13e portes ouvertes de la bio. L'occasion de découvrir une filière qui décolle enfin.

Le paradoxe est éclairant. Le Nord - Pas-de-Calais, troisième région agroalimentaire de France, est aussi celle qui cultive le moins le bio. La faute en grande partie à notre tradition industrielle agricole de grandes cultures extensives. Actuellement, seulement 6 009 hectares de terres de notre région sont cultivées en bio ou en conversion, soit 0,7 % de la surface agricole utile. Contre une moyenne française de 2,5 %, sans doute 3 % en 2011.

C'est très peu pour un marché de l'agriculture bio globalement en augmentation de 19 % chaque année, et pour une région possédant un potentiel de 4 millions de consommateurs.

Accélération

Les mentalités changent, poussées par une demande de plus en plus grande de consommateurs soucieux de manger des produits sains.

Les journées portes ouvertes qu'organise ce week-end A Pro Bio, le pôle de ressources, de promotion et de développement de la filière bio en région, en sont l'illustration. La filière bio a mis du temps à décoller en Nord - Pas-de-Calais. De 2000 à 2008, ils n'étaient qu'une petite centaine d'exploitants bio dans la région, pour une surface agricole ne dépassant pas les 4 000 hectares. En 2008, poussé par les pouvoirs publics, les associations et les consommateurs, le nombre de certification bio a grimpé en flèche. La Région, qui s'est déjà engagée dans un plan triennal de soutien du bio a accéléré le mouvement en consacrant, l'an passé, un million d'euros supplémentaires de son budget agricole à la filière bio.

Chaque année, 1,5 million de repas bio sont servis dans les cantines scolaires de la région.

En décembre 2010, un plan de développement de l'agriculture biologique a été signé entre le conseil régional et neuf opérateurs de la filière. L'objectif : atteindre les 10 000 hectares de surface agricole utile dédiée aux cultures biologiques d'ici à 2012. En 2010, le Nord - Pas-de-Calais recensait 323 transformateurs de produits bio, 116 distributeurs, 237 exploitations bio, représentant 6 000 hectares. C'est encore trop peu. La filière a grandement besoin de se structurer. En attendant, ce week-end, 36 sites vous ouvrent leurs portes (voir ci-contre). Il y fera très bio. •

PAR JEAN-MARC PETIT

infog-sites-bio-giem.jpg

Repost 0
Published by La Voix du Nord - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 12:37

INSEE

Insee - Nord-Pas-de-Calais

Rédaction achevée le 01/09/2011.

L’été 2011 a été marqué par une exacerbation de la crise de la dette souveraine, en Europe comme aux États-Unis. En dépit d'une austérité budgétaire, la Grèce s'est retrouvée dans l'incapacité de se refinancer sur les marchés. Adopté le 21 juillet, un nouveau programme d'aides européennes a été engagé pour rétablir la soutenabilité de la dette. Dans le but d’écarter le risque de contagion, des assouplissements ont également été consentis au Portugal et à l’Irlande. Enfin, les prérogatives du fonds de soutien (FESF) ont été élargies avec la possibilité d’acheter de la dette souveraine sur le marché secondaire. Ces différentes actions n'ont pas empêché un mouvement de défiance croissante des acteurs financiers, avec une forte montée des spreads bancaires pour la dette souvenaire de l'Espagne puis de l'Italie. À l'acmé de cette crise, la dégradation de la note souveraine des États-Unis par l'agence Standard&Poor's a largement ébranlé les places boursières, ramenant les capitalisations des sociétés cotées à leur niveau enregistré pendant la crise de 2008.

Ces turbulences dépassent la seule sphère monétaire. La croissance américaine a connu un net ralentissement : jusqu'alors attendue au delà de 3 % pour 2011, la croissance de la première économie mondiale est révisée à la baisse, plus proche des 2 %. La chute du moral des consommateurs, ainsi qu'un retournement des projets d'investissement des entreprises et l'absence de rebond sur le marché de l'immobilier sont autant de facteurs pesant sur l'économie. Le chômage, encore proche des 9 % de la population active, peine à se réduire. L’activité économique de la zone euro est également appelée à ralentir fortement. La consommation des ménages est devenue très hésitante et les ventes au détail pour la zone se sont même légèrement contractées au 2nd trimestre. Le taux de chômage s’est stabilité à un niveau élevé, proche de 10 %. L'Allemagne, locomotive de la croissance européenne, présente aussi des fragilités : la production industrielle allemande a reculé en juin. La France n'est pas épargnée par ce mouvement : au deuxième trimestre 2011, le PIB en volume a cessé de croître, mettant fin à l'embellie enregistrée en début d’année (+0,9 %), tandis que le chômage reste au dessus de 9 % de la population active. (...) Lire la suite

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 11:14

INSEE-copie-1

Pages de Profil n°93 - Juillet 2011

Patricia Antonov-Zafirov, Service études et diffusion

En trente-cinq ans, le tableau de la démographie régionale s'est quelque peu modifié. Les naissances sont devenues moins nombreuses, alors que dans le même temps elles ont augmenté en France. Les femmes de la région se distinguent par la précocité à la maternité. Pour ce qui est des décès, le Nord-Pas-de-Calais partage le constat national : moins de décès qu'en début de période avec une relative stabilité depuis une quinzaine d'années. L'espérance de vie des hommes de la région reste en net retrait par rapport à la moyenne nationale. En revanche, la mortalité infantile est moindre en Nord-Pas-de-Calais qu'au plan national.
Les mariages, en fort recul entre 1975 et 1987, sont encore plus nombreux que les PACS mais l'essor de cette nouvelle forme d'union pourrait inverser ce rapport prochainement.

foule1.jpg

Téléchargez le document complet

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 07:30

La Voix du Nord27-06-2011

Lumière verte et chaleur durable, c'est ce que promet Enercoop, un réseau créé par l'association Greenpeace qui s'est posé dans la région l'année dernière. Enercoop, qui, dans le Nord - Pas-de-Calais, vient de passer sous le statut de coopérative, s'approvisionne auprès de petits producteurs d'électricité (surtout hydraulique et éolienne, les prix de l'énergie photovoltaïque restant élevés) pour vendre une électricité sans nucléaire.

Lumière verte et chaleur durable, c'est ce que promet Enercoop, un réseau créé par l'association Greenpeace qui s'est posé dans la région l'année dernière. Enercoop, qui, dans le Nord - Pas-de-Calais, vient de passer sous le statut de coopérative, s'approvisionne auprès de petits producteurs d'électricité (surtout hydraulique et éolienne, les prix de l'énergie photovoltaïque restant élevés) pour vendre une électricité sans nucléaire.

Enercoop.jpgEn France, une dizaine de milliers de clients ont opté pour cette solution alternative. Ils sont 300 dans la région, dont une trentaine d'entreprises. « Nous avions une clientèle de militants. Aujourd'hui, les personnes sensibilisées à la préservation de l'environnement s'y intéressent. Les mentalités évoluent. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s'abonner, parfois plus pour leur image que par conviction. Et il faut reconnaître que depuis l'accident de Fukushima, nous enregistrons le double d'abonnements chaque mois. Mais nous en sommes gênés. Nous préférerons une prise de conscience naturelle. » Après la phase d'étude régionale, Enercoop rentre dans la phase de développement commercial. En parallèle, elle travaille sur des projets de production locale de l'énergie. « Dans le Nord - Pas-de-Calais pourtant, nous n'avons qu'une petite éolienne. C'est symbolique, mais nous cherchons à nous y renforcer car la région a un important potentiel éolien. » Compter 14 centimes le kilowatt/heure chez Enercoop contre 11 centimes en moyenne pour EDF « soit 10 E à 15 E de plus par mois pour une famille de quatre personnes. Mais on estime que d'ici à 2015, les tarifs seront équivalents. »
Voir le site d'Enercoop http://www.enercoop.fr/
Virage Energie Nord Pas-de-Calais est partenaire d'Enercoop.
Repost 0
Published by La Voix du Nord - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 07:22

INSEE-copie-2.JPG

Juin 2011 - par Pierre Chaillot et Danièle Lavenseau, Service Études et Diffusion, Paule Laidebeur, Conseil Général du Nord.

Connaître pour agir : des indicateurs au service des politiques sociales.

Choisir les indicateurs les plus adaptés à l’appréhension de la pauvreté n’est pas chose aisée. Le pilotage des politiques publiques requiert de disposer d’une information pertinente et cohérente à l’échelle nationale comme locale. La mise à disposition d’un socle d’indicateurs communs à l’ensemble des conseils généraux dans le domaine de l’action sociale, en coordination avec le Conseil national de l’information statistique (Cnis), offre de nouvelles méthodes de travail. Les analyses qui en découlent peuvent aider aux choix des politiques prioritaires à de multiples échelles, du département à la commune.

 

Téléchargez la publication complète

Repost 0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 17:36

E.Vivier1Une grande figure, un grand combattant de l'écologie régionale nous a quitté cette nuit du 12 au 13 juin 2011. Un de ses derniers combats était, dans le cadre de Nord Ecologie Conseil, d'attaquer la décision d'utiliser des cendres de combustion du charbon issues des centrales électriques pour combler les catiches situées sous le futur Grand Stade de Villeneuve d'Ascq. Emile VIVIER, était Agrégé de l’Université, Docteur es Sciences, Professeur honoraire de Biologie au sein de l'Université des Sciences et Technologies de Lille, Membre fondateur et Président honoraire de la Fédération Nord Nature, Membre du Conseil Economique et Social Régional Nord – Pas de Calais. Fondateur et Président d'honneur de Nord Ecologie Conseil.

Voici ce qui écrivait sur lui La Voix du Nord en octobre 2010 :

« J'ai eu souvent les Renseignements Généraux sur mon dos mais ils ont toujours été gentils... » ...Attention, derrière le vieux monsieur de 87 ans qui « rouspète » contre les prédateurs de l'environnement se cache un redoutable opposant aux détraqueurs de nature. La bête noire des pollueurs-bétonneurs est toujours là, tapie chez elle, à Faches-Thumesnil, entre la canne et l'ordinateur, le regard allumé.

Émile nous avait emmenés sur le terrain en octobre 2007, il n'avait pas encore de canne. Le long de la Deûle, au flanc d'Auby, nous avions foulé l'une des terres les plus polluées de France, 140 kg du plomb de Metaleurop par mètre cube de terre, record national absolu pour ce métal lourd non biodégradable, entreposé pour être figé et recouvert.

Sorties nature...

« Rien n'a changé à Auby », dit-il aujourd'hui. « Quant à Metaleurop, j'enrage encore que le délai de deux mois après la décision préfectorale de fermeture ait été dépassé. J'avais tout ce qu'il fallait avec un avocat pour porter plainte et gagner contre les dirigeants. » Il peut sourire, Émile, il en a vu d'autres depuis qu'il pêchait la truite et l'écrevisse dans la campagne de son enfance auvergnate.

Un vieux moulin pour la famille près de Vichy, le grand air de l'enfance dans les années trente, les études à Clermont sous la douce protection des volcans et sa nomination comme prof de biologie à Lille. « Ce fut un vrai choc ! Il n'y avait pas de nature. On cherchait les arbres dans le bassin minier, la Deûle puait à 200 mètres, les façades étaient noircies... » Années soixante, salut les copains !

À quelques jours du Noël 1970, le jeune biologiste universitaire partage l'idée avec cinq amis de fonder Nord Nature. Ils sont tous scientifiques, enfermés dans leurs facs. Un botaniste, un zoologiste, des pharmaciens, un médecin, ils rassemblent 14 associations qui « font » dans la plante, l'oiseau, l'insecte ou le champignon.

Les premiers combats commencent et Émile ne part pas en vacances avec Léonce Déprez, maire aménageur du Touquet. « J'ai compris ce qu'il fallait faire pour gagner », dit-il. File à Paris, achète des livres de droit et fait appliquer « un texte que tous les écologistes devraient apprendre », ce décret de 1977 qui applique la loi sur l'environnement de 1976 et qui rend les études d'impact obligatoires. Émile Vivier milite à présent au sein de Nord Écologie Conseil présidée par Alfred Leclercq. Il a quitté Nord Nature mais n'oublie rien. Une vraie mémoire de vieux lion.

Lire aussi l'article que lui a consacré Nord Eclair ce 13 juin 2011

Repost 0
Published by M.E.+ VdN - dans Nord Pas-de-Calais
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Catégories

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques