Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 07:52

Fermons la centrale nucléaire de Fessenheim immédiatement !!

Pourquoi c'est important :

Les "incidents" à la centrale nucléaire de Fessenheim se multiplient depuis plusieurs années. En 2012, on a déjà eu un incendie dans la salle des machines en avril, et des salariés blessés au début du mois de septembre ... et puis un jour (demain, après demain..) l'accident de trop ... la catastrophe !?
Cette centrale, la doyenne des centrales françaises en service, installée depuis 1977 (initialement pour 30 ans !) sur une zone sismique et à proximité du Rhin, a atteint sa limite d'age. Elle est destinée de toute façon à être fermée comme l'a promis François Hollande pendant la campagne électorale, et comme le demandent depuis longtemps des associations de citoyens responsables de France mais aussi d'Allemagne et de Suisse ; c'est également la demande du maire PS de Strasbourg et de l'unanimité du conseil municipal (UMP comprise !) ainsi que d'autres villes alsaciennes ! . Les habitants et les élus s’inquiètent des conséquences d'un éventuel accident ; en fonction des vents dominants une grande partie de l'Alsace, des régions frontalières d'Allemagne et de Suisse pourraient être contaminées ainsi que le Rhin et les nappes phréatiques ... les conséquences humaines, environnementales et financières seraient incalculables !!
Alors pourquoi continuer à prendre des risques et surtout pourquoi laisser EDF investir des millions d'euros pour continuer l'exploitation de cette centrale ??
L'argent public ne serait il pas mieux utilisé à créer des emplois pour développer les énergies renouvelables et favoriser les économies d'énergie ??
Repost 0
Published by Avaaz - dans Nucléaire
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 18:24

logo-lemonde.jpgDe nouvelles inquiétudes se font jour en Belgique après des révélations sur le phénomène d'érosion qui touche l'enceinte de confinement du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Tihange, en Wallonie. L'épaisse couche de béton armé qui protège le réacteur de la centrale est apparemment victime de carbonatation atmosphérique, un phénomène qui menace sa résistance et met à nu ses armatures en acier.

Centrale-nucleaire-de-Tihange3-B-.jpg

Selon Electrabel, filiale de GDF-Suez et exploitante du site, les dégradations ont été identifiées il y a plusieurs années et des travaux de réparation sont en cours.

Tentant, samedi 1er septembre, de minimiser les révélations du journal Le Soir, l'entreprise a expliqué qu'un examen mené en 2009 avait indiqué une dégradation de 2 à 4 cm sur l'enceinte, épaisse de 120 cm. Le réacteur dispose d'une double enceinte. La seconde, en béton précontraint, est épaisse de 80 cm, a souligné Electrabel.

La dégradation constatée par l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) est toutefois plus importante que celle initialement mise en évidence. Les experts s'inquiètent d'une éventuelle porosité du béton, qui serait attaqué sur une profondeur de 30 cm et dont l'effritement pourrait s'accélérer, faute de mesures adéquates. Electrabel a été invitée à fournir les explications nécessaires, et les résultats de contrôles menés la semaine dernière sont attendus d'ici à quelques jours. Selon un porte-parole d'Electrabel, il faudrait " plusieurs mois ou plusieurs années " pour que la situation s'avère dangereuse.

Ce n'est pas la seule difficulté à laquelle doit faire face l'entreprise. Le réacteur numéro 2 de Tihange a été éteint et vidé de son combustible au début du mois d'août après la découverte de " fissures potentielles " sur la cuve du réacteur numéro 3 de la centrale de Doel, en Flandre. Les cuves de deux unités proviennent du même fournisseur, le néerlandais RDM, qui a équipé une vingtaine de réacteurs nucléaires dans le monde. C'est une révision décennale diligentée en juin par les autorités belges de contrôle qui avait mis en évidence ce risque demeuré apparemment invisible depuis l'ouverture du réacteur numéro 3 de Doel, en 1982.

L'AFCN réclame des explications " convaincantes " et n'exclut pas, dans le " pire des cas ", un arrêt définitif. Les cinq autres réacteurs belges pourraient être contrôlés, même si leurs cuves n'ont pas été fournies par RDM.

Jean-Pierre Stroobants

Repost 0
Published by Le Monde - dans Nucléaire
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:49

NovethicDepuis 3 ans, le 29 août est consacré « journée nationale contre les essais nucléaires ». Entre 1960 et 1996, la France en a réalisé 210 dans le Sahara algérien puis en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Les vétérans victimes de ses essais veulent obtenir une reconnaissance de leur service rendu.

En 1968, Pierre Marhic est sous officier dans la marine française. Détecteur radariste, il est embarqué sur le Clémenceau en Polynésie française et va notamment assister à l’opération Canopus (essai de la bombe H). A l’époque, « la mesure de protection pour les essais à l’air libre, c’était de placer le personnel à une distance de sécurité en éloignant le bateau, la vieille du tir, à 100/200 km et de nous confiner dans le bateau au moment de l’essai pour que l’on ne soit pas flashés par la bombe. Le lendemain, nous circulions tranquillement sans aucune protection…Nous n’avions aucune conscience du danger. Jamais nous n’avons eu de réunion de mise en garde par les médecins militaires », relate celui qui est aujourd’hui président de l’association nationale des vétérans victimes des essais nucléaires (ANVVEN).

Des milliers de victimes

Pierre Marhic lutte depuis 14 ans contre un lymphome. Comme lui, de nombreuses personnes, militaires ou civils, ayant travaillé sur les sites des essais ou à proximité, souffrent de cancers. Selon l’association, sur les 150 000 vétérans concernés par les essais, ces victimes se chiffreraient par milliers. Pour autant, à la date du 29 juin 2012, le comité d’indemnisation des victimes (CIVEN), n’a examiné que 549 dossiers (sur 755 demandes reçues). Et seulement 4 ont été indemnisés. Un taux de rejet de 99,3% ! « Sachant que  nous souffrons surtout de cancers généraux, qui touchent le poumon, le foie, le colon ou le sang, le lien est moins évident que pour le mésothéliome avec l’amiante par exemple », explique Pierre Marhic. Il existe cependant des études, publiées notamment par l’Inserm.

En 2010, l’une d’elles menée par l’équipe de Florent de Vathaire  (Directeur de Recherche Inserm - Université Paris-Sud 11 à l’Institut Gustave Roussy) concluait notamment que le risque de cancer de la thyroïde augmentait légèrement avec la dose d’irradiation reçue suite aux essais nucléaires. En juillet 2012, après des analyses sur 15 dossiers individuels dans le cadre de l'enquête ouverte à la suite de la plainte déposée fin 2003 par l'Association des victimes des essais nucléaires (Aven), le même chercheur déclarait pouvoir établir pour 6 d’entre eux un lien « vraisemblable » entre les retombées radioactives et les cancers de militaires exposés. D’ici la fin de l’année, une nouvelle étude épidémiologique, réalisée par un laboratoire du Morbihan, Sepia-santé, devrait également être publiée. « Il s’agit d’une étude de morbidité sur l’incidence des affections de longue durée sur les survivants de ces essais qui disposaient à l’époque d’un dosimètre », explique Claire Ségala, médecin épidémiologiste en charge de l’étude. Celle-ci, dont les résultats attendent d’être validés par un comité scientifique, pourrait notamment permettre d’inscrire de nouvelles pathologies à la liste des pathologies radio-induites.

Une loi à modifier

Par ailleurs, l’un des principaux freins à la reconnaissance, pour l’ANVVEN et d’autres associations de victimes, est l’article 4 de la Loi Morin relative à la reconnaissance et à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français, votée le 12 janvier 2010. « A l’époque, les députés – de droite- ont trahit l’esprit de la loi qui voulait renverser la charge de la preuve en demandant à l’administration de prouver que les essais n’étaient pas en cause », estime Pierre Marhic. Une phrase -« l'intéressé bénéficie d'une présomption de causalité à moins qu'au regard de la nature de la maladie et des conditions de son exposition le risque attribuable aux essais nucléaires puisse être considéré comme négligeable »- rend cela impossible. Le 21 juin, le tribunal administratif de Papeete a d’ailleurs annulé les décisions de rejet des indemnisations à cause de son article 4. « Nous espérons que cette décision fasse jurisprudence pour les autres affaires en cours, une dizaine environ », veut croire Pierre Marhic. En attendant, l’ANVVEN demande à ses adhérents (une centaine de victimes) de ne plus envoyer de demandes d’indemnisation au CIVEN tant que l’article 4 ne sera pas amendé et d’envoyer une lettre au nouveau ministre de la Défense, Jean Yves Le Drian. « L’impact sanitaire est volontairement minimisé, renchérit le réseau sortir du nucléaire. La France a enfin reconnu que ses essais nucléaires avaient fait des victimes, mais celles-ci voient toujours leurs droits déniés. La « loi Morin » de 2010 a confié au ministère de la Défense le pouvoir de reconnaître et d’indemniser les victimes. Cette loi, même modifiée par un récent décret de mai 2012, impose des conditions très restrictives pour la reconnaissance des droits des victimes », explique le réseau dans un communiqué. « La gauche nous a toujours soutenu jusqu’à présent, si elle ne fait rien c’est à désespérer », conclut Pierre Marhic.

Ailleurs dans le monde, de nombreuses associations luttent également pour faire reconnaître leur prise en charge. En août 2011, plusieurs d’entre elles ont lancé un appel aux Nations Unies, à qui elles demandent une réelle prise en charge des victimes d’essais nucléaires dans le monde et la programmation d’une décennie (2012-2021) pour le nettoyage, la réhabilitation et le développement soutenable des régions contaminées (http://appelinternationalessaisnucleaires.org).

Béatrice Héraud

Article initialement paru sur www.novethic.fr le 30 août 2012

Repost 0
Published by Novéthic - dans Nucléaire
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:25

France-5-emission-10-avril.jpgL'émission sera diffusée le mardi 10 avril 2012 à 21 h 18.

Documentaire de 52' realise par Elsa Fayner, produit par Chasseur d'Etoiles, avec la participation de France Televisions et du CNC. Production : Anne Gintzburger et Marion Pillas. 2012.

Le 11 mars 2011, des vagues de plus de 30 mètres submergent la centrale de Fukushima Daiichi au Japon. Il ne s'agit plus seulement de l'ex-URSS et de Tchernobyl, cette fois c'est un pays developpé qui est contaminé. Les autorités francaises ne peuvent plus prétendre que "l'accident grave" ne peut advenir dans l'Hexagone. Les parlementaires lancent des investigations : la sous-traitance apparait comme le point critique du nucléaire francais. L'opération "stress tests" lancée dans la foulée en tient-elle compte ? Que fait l'Etat ?

Repost 0
Published by France 5 - dans Nucléaire
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 08:15

entete-hessel.png

"Chers amis,

Le 11 mars 2011, la catastrophe de Fukushima a rappelé au monde entier que la technologie nucléaire est mortifère, et que prétendre la contrôler est une illusion. Un an après jour pour jour, une immense chaîne humaine va relier Lyon à Avignon, dans cette vallée du Rhône où quatorze réacteurs nucléaires exposent des millions de gens à un risque intolérable.

Solidaires avec le peuple japonais, des dizaines de milliers de personnes venues de toute la France et d’autres pays européens vont réagir ensemble, pour affirmer haut et fort : "Sortir du nucléaire, c’est possible !"

Insurgeons-nous contre le nucléaire !


Je veux saluer la détermination des citoyens à l’origine de cette initiative coordonnée par le Réseau "Sortir du nucléaire". Refusant que la France soit condamnée à subir tôt ou tard un accident nucléaire majeur comme celui qui a frappé le Japon, c’est une véritable "réaction en chaîne humaine" qu’ils ont lancée.

Aujourd’hui, je tiens à partager avec vous mon soutien à cette mobilisation, qui est à mes yeux une véritable insurrection démocratique. Je voudrais dire à chacune et chacun d’entre vous : vous aussi, insurgez-vous ; vous aussi, mobilisez-vous pour la sortie du nucléaire !

Ensemble, nous pouvons être suffisamment forts pour résister au lobby nucléaire et pour nous réapproprier la question énergétique. Nous devons refuser que les choix qui nous engagent et qui engagent nos enfants et petits-enfants pour des décennies soient dictés par des industriels qui n’ont que faire des déchets éternels et de la pollution qu’ils laissent aux générations futures.

La France doit sortir du nucléaire, elle doit dire adieu à cette technologie dangereuse. Elle doit sans retard se tourner vers les énergies renouvelables et un usage plus sobre et raisonnable de l’énergie. En un mot, la France doit choisir un avenir énergétique... plus humain ! Nous savons que c’est possible, alors n’attendons pas qu’il soit trop tard.

Vous non plus, n’attendez pas... le 11 mars, rejoignez la grande chaîne humaine pour la sortie du nucléaire !"

Stéphane Hessel
Ancien résistant et diplomate
Auteur du manifeste "Indignez-vous !"

Samedi 10 mars 16 heures 30 à Lille (59)

Rendez-vous à 16h30 Grand’Place à Lille, pendant deux heures nous formerons une chaîne humaine mobile dans le centre-ville

Drapeaux, banderoles, perruques... : soyons colorés !

Organisée par le Collectif Sortir du Nucléaire Nord Pas de Calais.

Repost 0
Published by M.E. - dans Nucléaire
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 11:36

Clipart-Centrale-Nucl-aire3.gifGreenpeace a commandité un rapport critique sur les évaluations complémentaires de sûreté, communément appelées “stress-tests”, des installations nucléaires françaises, demandées par le gouvernement à EDF et Areva et analysées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

 Cette contre-analyse menée par des experts indépendants démontre qu’en cas d’accident entraînant une fusion du cœur du réacteur aucun des 58 réacteurs nucléaires français en fonctionnement ne résisterait mieux que ceux de Fukushima : les risques de ruptures de confinement et de rejets radioactifs importants sont tout aussi réels qu’au Japon.

Sur la méthode d’analyse employée par les exploitants, les experts indépendants sont dubitatifs : les évaluations complémentaires de sûreté ont été faites de manière totalement théorique. Les rapports d’EDF ou d’Areva se basent uniquement sur la conception initiale des installations, c’est-à-dire que le vieillissement et l’usure des bâtiments et pièces ne sont pas pris en compte dans les analyses.

Autre point mis en avant par les scientifiques : l’absence de prise en compte des risques liés à certains facteurs extérieurs, notamment le facteur humain.

Enfin, et c’est sans doute le plus inquiétant, dans les documents fournis par EDF et Areva, il n’est jamais question de pistes pour essayer d’améliorer la sûreté des réacteurs nucléaires et ainsi de diminuer la probabilité d’un accident.

Contrairement aux industriels du nucléaire, les experts indépendants proposent dans leur rapport des recommandations.

Lire le résumé du rapport ici

Lire l’intégralité du rapport et le télécharger

Les experts indépendants internationaux qui ont effectué cette analyse sont :

- Arjun Makhijani est président de l’Institut de l’énergie et de la recherche environnementale à Takoma Park, Maryland (États-Unis). Il a obtenu son doctorat en génie électrique et sciences informatiques en 1972 à l’université de Berkley, en Californie.

- Yves Marignac est directeur de l’Agence indépendante d’information, d’étude et de conseil sur le nucléaire et les politiques énergétiques, WISE-Paris. Il est aussi membre de l’International Panel on Fissile Materials (IPFM) et coordinateur du Groupe d’expertise pluraliste (GEP) sur les mines d’uranium du Limousin.

Repost 0
Published by Greenpeace - dans Nucléaire
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:20

COMME LE DISENT LES PROPAGANDISTES DU LOBBY NUCLEAIRE :LE NUCLEAIRE, C'EST PEU COÛTEUX, PEU DANGEREUX ET PEU EMETTEUR DE CO2 !

Jean SENAME, président de l'ADELFA, vient de nous transmettre ce communiqué :

ADELFA-copie-1.jpg

REACTEUR N°1 de GRAVELINES : UN REDEMARRAGE A LA HUSSARDE

Si l’on se réfère aux propos toujours aussi arrogants de M. Quilichini, directeur de la centrale nucléaire de Gravelines repris dans La Voix du Nord de ce dimanche 12 janvier, la gestion de la fissuration d’une « tuyauterie » sous la cuve du réacteur n°1 a été tout à fait satisfaisante. Le réacteur peut redémarrer puisque, dit-il, « il est sûr .» La réparation définitive peut être reportée à « un prochain arrêt de tranche. » (sic !).

S’il en est ainsi, on est en droit de se demander pour quelle raison, alors qu’elle avait été entamée dans les derniers jours de juillet 2011, cette visite décennale qui aurait dû durer 3 mois a été prolongée de 4 à 5 mois. Il aurait été intéressant d’ailleurs de savoir quels coûts réels cette immobilisation forcée a entraînés et par qui  ils seront supportés.

Par ailleurs, la non-intervention sur la pénétration « avant un prochain arrêt de tranche » ne nous apparaît pas militer dans le sens « du bon niveau de sûreté » mis en avant par la direction. Il est pour le moins incohérent que l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), après avoir longtemps fait obstacle au redémarrage du réacteur, octroie désormais son feu vert sans qu’il ait été procédé à la moindre réparation. On se situe dans la logique « Fessenheim » : l’ASN pointe des risques non-négligeables en matière de sûreté, dit qu’il faut y remédier, mais autorise la remise en marche des installations pour une décennie. Comprenne qui pourra !

Repost 0
Published by ADELFA - dans Nucléaire
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 07:39

bastaPar Nathanael Rouny (4 janvier 2012)

Que la France décide de maintenir ses centrales ou de sortir du nucléaire, le démantèlement des réacteurs est inéluctable une fois atteint l’âge limite. Interventions en milieu hostile, techniques complexes, pollutions radioactives, déchets encombrants, personnels irradiés, coûts exorbitants… Les premiers chantiers de déconstruction menés actuellement par EDF sont loin d’être.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’apprête à donner son avis sur la poursuite ou l’arrêt de l’un des réacteurs de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises. Mais qu’en est-il des réacteurs déjà arrêtés en France ? 68 réacteurs nucléaires, répartis dans 22 centrales, ont été érigés depuis le lancement du programme électronucléaire civil par de Gaulle dans les années 1960.

La suite sur le site de Bastamag

Repost 0
Published by Bastamag - dans Nucléaire
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 08:09

 

Greenpeace-France.jpgle 5 décembre 2011

Nucléaire : des militants de Greenpeace s’introduisent dans un réacteur à la centrale de Nogent-sur-Seine

Ce matin à l’aube, des militants de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) à 95 kilomètres au sud-est de Paris pour porter un message: “Le nucléaire sûr n’existe pas”. Edit à 7h30 :les militants sont parvenus à monter sur le dôme d’un des deux réacteurs et sont en train de peindre le signe danger sur celui-ci.

La suite de l’action à suivre ici : Nucléaire : au coeur du réacteur – liveblog

Cette action montre à quelle point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire ! Pourquoi ? Comment ? Car les dispositifs de sécurité existants sont insuffisants !
Et pourtant … L’audit des installations nucléaires commandité par le gouvernement après la catastrophe de Fukushima ne prend pas en compte le risque d’intrusion humaine…

C’est pourquoi Greenpeace demande au gouvernement d’élargir le périmètre de l’audit des installations nucléaires françaises en y intégrant l’ensemble des risques.

Un audit lacunaire !

La réalisation de l’audit commandité par le gouvernement Français a été confiée aux exploitants nucléaires eux-mêmes, (CEA, Areva et EDF) et celui-ci sera analysé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’ici la fin de l’année. Cet audit, réalisé intégralement au sein du consortium nucléaire français, se borne à étudier les problèmes liés à des événements naturel (séismes, inondations…). Risque terroriste, chute d’avion, virus informatique : aucun risque d’agression externe d’origine “non-naturelle” n’est pris en compte.

Dans un rapport commandé par Greenpeace et à paraître en janvier Arjun Makhijani, expert indien indépendant, président de l’institut de recherche sur l’énergie et l’environnement du Maryland (États-Unis) analyse ainsi l’audit nucléaire français : “Du point de vue des causes et du déroulement de l’accident, il n’est pas pertinent de limiter l’analyse des événements initiateurs aux seuls phénomènes naturels (séisme et inondation). Les risques d’origine humaine auraient dû, dans une démarche de révision globale de la sûreté, être intégrés dans cette analyse. Ceci concerne, a minima, les causes accidentelles, et devrait même inclure les actes de malveillance.

Des dispositifs de sécurité impressionnants… sur le papier !

Le gouvernement, en charge de la sécurité des sites nucléaires, se targue d’avoir des plans à toutes épreuves pour sécuriser le parc atomique français, telle que l’intervention d’avions de chasse en maximum 15 minutes sur tous les sites nucléaire, la présence continue d’un peloton spécial de Gendarmerie sur chacun des sites, des dispositifs de radar aérien de détections au dessus de certaines installations, une double clôture électrifiée et vidéo surveillance autour de chacun des sites, un espace aérien interdit au dessus des sites ou encore un accès soumis à “autorisation spéciale” …

Mais malgré ces mesures “exceptionnelles” et dignes des meilleurs films d’action, les militants de Greenpeace montrent aujourd’hui que les installations nucléaires françaises sont très fragiles. C’est probablement pour ça que les risques externes non-naturels ne sont pas pris en compte dans l’audit. Si c’était le cas, aucune installation ne pourrait être déclarée sûre!

  Lire aussi Risque nucléaire : 63 millions de français concernés

Alors qu’en ce moment même, le président de la République Nicolas Sarkozy est en déplacement au Tricastin, et que l’industrie nucléaire a lancé une grande entreprise de séduction pour enterrer toute mise en cause de l’énergie nucléaire, Greenpeace rend disponible aux internautes, aux citoyens, une application de visualisation du risque qu’ils encourent en cas d’accident nucléaire

Repost 0
Published by Greenpeace - dans Nucléaire
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 10:31

Voici un blog très bien fait consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.

http://fukushima.over-blog.fr/

En français, il aborde aussi les conséquences de cette catastrophe pour la France et sa politique désormais condamnée par beaucoup d'experts et de partis du "tout nucléaire" pour la production d'électricité. M.E.

Repost 0
Published by M.E. - dans Nucléaire
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques