Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 13:55

logo-lemonde.jpg                 Il faut qu'ils aiment l'entreprise et le progrès

LEPAGE-Corinne-2008.jpgLe problème des écologistes est sans doute comportemental. A tort ou à raison, leur perception par l'opinion est d'être souvent animés par des ambitions ministérielles et parlementaires qui les conduisent, parfois, à d'étranges concessions sur le fond de leurs convictions. Si l'on peut comprendre que le jeu politique exige la formation de coalitions, et donc l'acceptation d'un projet qui n'est pas intégralement celui que l'on défend initialement, il n'en demeure pas moins vrai qu'il reste encore à expliquer, sur le fond, les raisons de l'alliance et les perspectives que cette dernière offre pour gagner les combats essentiels.

Ainsi, les écologistes ne sont pas coupables d'avoir conclu un accord avec le Parti socialiste qui ne prône pas la sortie définitive du nucléaire, mais le sont de n'avoir pas expliqué à l'opinion en quoi le projet de François Hollande permettait, à terme, d'envisager une telle sortie. Même chose pour les organismes génétiquement modifiés, l'économie circulaire et les enjeux qui structurent l'identité politique des écologistes.

Le plus grave est ailleurs. Le problème majeur des écologistes est idéologique. Car si l'opinion a sans doute conscience que, s'agissant de la préservation de la planète et de ses ressources, les écologistes sont les plus compétents, s'agissant en revanche des enjeux économiques et sociaux, personne ne croit en leur capacité à trouver des solutions efficaces. A force, en effet, de se livrer à une course à l'échalote avec l'extrême gauche sur la contestation du système capitaliste et sur la promotion de solutions sociales utopiques parfois absurdes, l'écologie a perdu toute crédibilité là où, justement, elle devait être la plus pertinente.

Car tout l'enjeu du développement soutenable est de faire de la transition économique et de ce qui l'accompagne l'impératif majeur de notre société. Un tel changement appelle de sortir d'une attitude jugée à juste titre par le plus grand nombre comme systématiquement négative envers les entreprises, opposées à tous les projets, et contre-productive pour l'emploi et l'activité économique.

Etre écologiste, pourtant, c'est aimer les entreprises ! Les entreprises dans toute l'acception du terme dès lors qu'elles privilégient l'humain et la gouvernance éthique. Cela concerne les entreprises familiales quelle que soit leur taille, le tissu des PME-PMI et le formidable vivier de l'économie sociale et solidaire qui démontrent, au quotidien, que l'économie de marché peut oeuvrer en faveur de l'intérêt général ; les entreprises qui, conscientes de leurs responsabilités sociétales, agissent en faveur des nouvelles technologies vertueuses sur les plans écologiques et sanitaires, et qui garantissent un haut niveau de protection de leurs salariés ; les entreprises qui, d'une façon générale, envisagent leur action dans une perspective éthique, qui protège l'homme et son environnement, et qui est la condition sine qua non à la transition de civilisation qui s'impose à l'humanité.

Assurer le mariage de l'économie et de l'écologie sans oublier la dimension sociale, en faisant en sorte que toute décision soit la meilleure sur les trois plans de manière systématique : telle devrait être la doxa de l'écologie responsable.

Si l'écologie politique sait négocier ce double virage (comportemental et idéologique), alors, elle sera le ciment d'une nouvelle alliance pour un progrès soutenable. L'écologie doit s'approprier la notion de progrès, rendue possible par l'approche éthique de l'économie de marché. Cette affirmation peut apparaître paradoxale alors même que l'écologie est présentée par ses ennemis comme l'antinomie du progrès. Il n'en est rien. Le progrès humain, plus que jamais indispensable, passe par la reconquête du sens autant que par le progrès scientifique qui doit conforter les connaissances et offrir des technologies nouvelles qui seront une partie de la solution.

Les écologistes doivent se faire un devoir de pousser dans cette direction afin d'accélérer la transition inéluctable vers le nouveau modèle de développement. Ils doivent être à la pointe sur les propositions du " comment y parvenir ", qu'il s'agisse des nouvelles modalités de calcul économique qui commencent à intéresser les organismes économiques les plus conventionnels, de la recherche et du développement, de la création d'activités économiques inscrites dans la troisième révolution industrielle. Ils doivent également être des moteurs des consensus à trouver et de la promotion de l'intérêt général bien compris.

Cette nouvelle alliance pour un progrès soutenable n'est pas seulement d'ordre sociétal. Elle est aussi politique. Il s'agit de construire une alliance politique, fondée sur la base et non sur le sommet, sur le pragmatisme et non sur des idéologies dépassées, sur le retour au bon sens et à la proximité et non sur la virtualité, sur une confiance dans le renforcement de l'Europe politique et non sur un renfermement hexagonal.

L'écologie, si elle accepte de se remettre en cause, peut et doit devenir la source de consensus autorisant le rassemblement le plus large de tous ceux qui ont compris que nous avons changé de monde. Nombreux sont nos concitoyens en attente de cette nouvelle dynamique. Il ne dépend que de notre volonté commune de la lancer.

Corinne Lepage

Article paru initialement dans le Monde du 17 aût 2012.

Repost 0
Published by Corinne LEPAGE - dans Politique
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 11:47

Novethic Après un premier rassemblement en Italie l'an dernier, c'est à Notre Dame des Landes que se tient la deuxième édition du forum européen contre les « grands projets inutiles imposés ». Face à la construction de nouvelles lignes à grandes vitesses, d'autoroutes, d'aéroports ou d'installations nucléaires, de nombreux collectifs d'opposition se montent un peu partout et cherchent à unir leurs forces.

Grand stade de Lille Métropole

Grand Stade de Lille Métropole à Villeneuve d'Ascq (59)

Flamoval-Arques

Incinérateur géant Flamoval à Arques(62)

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’autoroute de Khimki, la cité des casinos Euro Vegas,  la ligne de TGV Lyon-Turin, etc. Tous ces projets ont en commun d’être « pharaoniques », « coûteux », « gaspilleurs de ressources naturelles et de fonds publics », « imposés aux populations », « néfastes à l’environnement, à la société et à l’intérêt général »… en un mot « inutiles », selon leurs opposants. Ceux-ci ont d’ailleurs décidé d’unir leurs forces dans le cadre d’un « forum des grands projets inutiles » dont la deuxième édition se tiendra ce week-end, les 7 et 8 juillet à Notre Dame des Landes à l’initiative de l’Acipa (opposants à NDL) et avec le soutien d’autres associations comme Attac, Les Amis de la Terre, Agir pour l’environnement ou Relocalisons. La première avait eu lieu en Italie l’an dernier, à l’initiative du collectif No TAV -extrêmement actif- et se concentrait essentiellement sur les nouvelles infrastructures de transport. La nouvelle version doit être élargie à des projets de centres commerciaux, de loisirs, de production d’énergie nucléaire ou fossiles, etc. Déjà en 2010, plusieurs collectifs avaient signé la charte d’Hendaye contre « les grands projets coûteux, ruineux et destructeurs ». Au-delà des dénonciations des projets et de l’échange entre collectifs, le forum se veut également porteur de solutions alternatives concrètes, d’un autre modèle de développement et d’une réflexion plus globale sur la transition écologique et sociale, insistent les associations.

Le forum est aussi l’occasion d’interpeller le gouvernement sur sa stratégie. « Nous demandons au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de prendre ses responsabilités sur ces grands projets dans une période de coupes budgétaires drastiques », précise Aurélie Trouvé, la co-présidente d’Attac. « Il n’y a aucune cohérence à annoncer la tenue d’une conférence environnementale alors que l’on envoie les forces publiques empêcher les manifestations d’opposants à ces projets », dénonce de son côté Stephen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement.Lire la suite

lillenium-de jour

Projet Lillénium de centre commercial, de bureaux et d'hôtel sur le quartier de Lille-Sud

Ce ce qui est pratiquement toujours observé dans les « Grands Projets Inutiles Imposés » : 

  • - mensonges ou estimations fantaisistes sur le projet (besoins et perspectives d'évolution grossièrement sur-estimés, solutions hasardeuses pour les satisfaire, coûts sous-estimés, financement à géométrie variable, espérances folles en termes de retombées sur l'emploi...) ; 

·   - - cependant la 'façade' de consultation légale est conservée ;

·  -- - alliance de la droite libérale classique et des sociaux-démocrates sur le thème de la modernisation ou du progrès ;

·  --- ignorance et mépris des solutions alternatives étudiées et proposées par les populations, qui se construisent leur propre expertise ;

·  -- montages financiers avec partenariats public/privé et contrats en béton au profit du privé (assurances de compensation en cas de déficit...) ;

·   - -répression de plus en plus féroce des luttes (Allemagne, Italie ...), avec criminalisation des opposants ;

·   - - justification par la nécessité d'être les meilleurs dans la mise en concurrence des territoires.

Repost 0
Published by Novethic + M.E. - dans Politique
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 08:46

Nicole Bricq virée de l’Ecologie : un coup du lobby pétrolier ?

Rue89Sale temps pour l’écologie. Dans le gouvernement Ayrault 2, la ministre de l’Ecologie est passée de la huitième à la dixième place dans l’ordre protocolaire, derrière les ministres du Redressement productif et du Commerce extérieur.

En outre, Nicole Bricq passe de l’Ecologie au Commerce extérieur et est remplacée Delphine Batho. Ce remaniement n’est pas seulement une promotion pour cette dernière, c’est aussi une sanction de la première, qui n’a pas obtenu gain de cause face à Shell et à Victorin Lurel (le ministre des Outre-mer). Sur le dossier des forages pétroliers en Guyane, le gouvernement a fait le choix de l’emploi, pas celui de l’environnement.

Rappelons les faits : le pétrolier Shell était titulaire de permis d’exploration ouvrant sur une surface de 24 000 km2 à quelque 150 km des côtes de la Guyane. Permis que Nicole Bricq entendait suspendre dans l’attente d’une rénovation du code minier. Main dans la main avec Arnaud Montebourg, la ministre disait le 14 juin vouloir « obtenir des garanties économiques et écologiques qui n’existent pas aujourd’hui ».

Une semaine plus tard, virage à 180° : l’Etat accorde ces permis de recherche à Shell. Les ONG de défense de l’environnement demandent des éclaircissements sur ce revirement, sans succès.

Des emplois à la clé

Entre-temps, le dossier a été repris en main par Matignon. Le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, a confié au Monde :

« Shell disposait d’un permis en bonne et due forme et avait déjà engagé 250 millions de dollars dans cette opération... La décision du ministère de l’Ecologie était un signal négatif donné aux investisseurs étrangers. »

La présidente du Medef, Laurence Parisot, très remontée sur ce sujet, avait été reçue par le directeur de cabinet du Premier ministre. Et Victorin Lurel, le ministre des Outre-mer, avait rappelé dans un communiqué « son attachement à ce projet qui doit notamment profiter à la Guyane, tant en termes de retombées financières et de développement économique que d’emplois créés localement ».

« Un lobby efficace mené par l’industrie pétrolière »

Jeudi, alors qu’elle est au sommet de Rio+20 où elle représente la France aux côtés de François Hollande, Nicole Bricq apprend à la fois qu’elle perd son arbitrage sur le dossier guyanais et qu’elle doit abandonner le ministère de l’Ecologie.

Les ONG, avec qui elle préparait la conférence environnementale prévue à l’été, sont tombées des nues. Pour le porte-parole de FNE, Benoît Hartmann :

« Il est difficile de ne pas voir l’éviction de Nicole Bricq comme la conséquence possible d’un lobby efficace mené par l’industrie pétrolière. Il est vrai qu’en période de crise, le chantage à l’emploi est d’une redoutable efficacité. »

Interrogé sur Europe 1, le sénateur EELV Jean-Vincent Placé, qui la jugeait compétente, se dit « surpris » et « inquiet ».

L’ancienne ministre de l’Environnement du gouvernement Juppé, ralliée depuis à François Hollande, Corinne Lepage, juge cette affaire « abracadabrantesque ». Jointe par Rue89, elle explique :

« La ministre avait pris une position raisonnable, elle avait conditionné les permis aux études d’impact. Et puis quelques jours plus tard, on apprend que ces permis sont confirmés et une nouvelle répartition des royalties entre Shell, l’Etat et les collectivités locales est décidée. Mais en trois jours, la situation environnementale n’a pas changé. »

« L’écologie, la variable d’ajustement »

L’éviction de Nicole Bricq a permis de trouver un poste à Delphine Batho, qui ne s’entendait pas avec Christiane Taubira et qu’il fallait féliciter pour sa brillante réélection au premier tour – d’autant que ce fut la protégée de Ségolène Royal en Charente.

« Peut-être que c’est à la fois pour faire cet arrangement technique et parce que les lobbies ont gagné, mais dans dans les deux cas, c’est une très mauvaise nouvelle pour l’environnement », estime Corinne Lepage. Dans tous les cas :

« C’est un manque de considération flagrante pour ce ministère dont je rappelle quand même qu’en 2007, c’était un ministère d’Etat, numéro deux du gouvernement. Là, il est la variable d’ajustement de considérations qui lui sont totalement extérieures. »

Autre ancienne ministre de l’Ecologie, Chantal Jouanno a, elle, qualifié cette décision de « trahison par rapport aux principes de l’écologie ».

Reste que Delphine Batho n’avait pas de prédisposition particulière pour l’écologie. A part quelques prises de position pour la défense du marais poitevin et contre le pesticide Cruiser, la députée des Deux-Sèvres et porte-parole de François Hollande était plutôt intéressée par les questions de sécurité.

Impact

L’exploitation pétrolières se ferait par 6 000 m de fond, 2 000 m d’océan et 4 000 m de plancher océanique. La recherche d’hydrocarbure pourrait perturber les mammifères marins au large. La Guyane abrite par ailleurs 95% de la biodiversité terrestre française.

Repost 0
Published by Rue89 - dans Politique
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 11:33

Il s’était engagé à faire une campagne de terrain en mettant en pratique les convictions qui l’animent. Adepte de la mobilité douce, c’est donc à vélo que François-Xavier CATTEAU arpente depuis une semaine les routes de la sixième circonscription dans laquelle il est candidat pour CAP21.

 

Legislatives-2012-1704.JPG

Plus qu’un mode de transport, c’est surtout un support visuel très communiquant qui permet d’aller à la rencontre des électeurs et électrices du territoire.

 

Au delà d’un impact financier et écologique considérablement réduit en alliant les bienfaits reconnus de la pratique du vélo, c’est surtout d’efficacité en termes de communication dont il est question dans cette façon de faire campagne.

 

« Les témoignages de sympathie sont nombreux lorsque j’arrive dans les villages de la 6ème. Tout le monde remarque cet attelage original ». S’arrêter pour discuter et convaincre devient alors une démarche complètement naturelle. Le sentiment d’originalité laisse progressivement place à une démarche d’authenticité particulièrement remarquée. « Enfin quelqu’un qui donne de la cohérence à ses propositions » me lance un passant.

Quelques coups de pédale plus tard, c’est un panneau électoral qu’il faut embellir de l’affiche de campagne. Une vingtaine de panneaux pourvus sur une tournée, mais combien de voitures, de cyclistes et de badauds qui ont remarqué ce panneau électoral mobile ?

 

Allier la mobilité douce à l’efficacité de la communication, c’est peut être aussi de cela dont il est question dans une démarche responsable. Réponse le 10 juin.

 

Repost 0
Published by cap21npdc - dans Politique
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 13:21

Affiche de campagne  Les élections législatives pour conduire le changement vers une écologie responsable.

Les élections législatives qui s’annoncent vont enfin permettre à l’écologie politique d’être défendue par les candidats CAP21, porteurs d’une vision responsable de la transition écologique que réclament notre société et nos territoires.

Les 69 propositions du programme « Énergies Nouvelles pour la France » s’inscrivent en effet totalement sur le chemin d’une transition écologique souhaitable, d’une citoyenneté énergétique et d’une gouvernance responsable.

Rendre possible ce qui est souhaitable a toujours été le crédo de notre présidente. Tout ou presque se situe dans ce programme, qui a l’avantage décisif d’être financé !

Pour la région Nord Pas de Calais, CAP21 a décidé de concentrer ses forces sur un territoire particulièrement compatible avec les engagements du projet : la 6ème circonscription du Nord. Au Sud Est de Lille, cet espace périurbain englobe les cantons de Cysoing, Pont à Marcq, Orchies et la partie Sud du Canton de Lannoy. 

 

Une candidature d’ancrage dans le territoireLa 6ème circonscription

 

Né à Templeuve il y a 36 ans, c’est tout naturellement dans la 6ème circonscription du Nord que François-Xavier CATTEAU, Délégué Régional, a choisi de se présenter.

Amoureux de la Pévèle et soucieux d’en préserver le charme qui invite chacun à venir s’y ressourcer, c’est surtout un territoire dans lequel la résonnance des propositions peut impacter son patrimoine exceptionnel et la qualité de vie de ses habitants.

Qu’il s’agisse d’énergie (Ligne THT Avelin Gavrelle), de mobilité douce (Grand’Place piétonne  à Lille) ou encore de précaution sanitaire (Antennes Relais de téléphonie mobile), l'implication de CAP21 dans de nombreux collectifs associatifs montre à quel point des orientations nationales peuvent avoir comme conséquences sur les territoires.

Cette campagne législative permettra de montrer ce que le projet de CAP21 suggère comme opportunités que nous pouvons saisir plutôt que de contraintes que nous devrons subir.

Accompagné de Mathilde LIÉVIN, secrétaire régionale, le duo ira donc parcourir le territoire de la 6ème circonscription pour convaincre de mener, dès à présent, une transition écologique responsable, maître mot d’un programme qui vous est proposé dans l'onglet "Législatives" spécialement dédié aux rendez-vous des 10 et 17 juin prochains.

Repost 0
Published by F.-X.C. - dans Politique
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 07:00

LEPAGE-Corinne7.jpgCe 7 mai, nombreux sont ceux qui ont ressenti un grand espoir, une ferveur du peuple de France, et une réelle volonté de travailler ensemble à la création d'une France innovante et motrice du XXIe siècle. François Hollande vient de créer une dynamique, il reste à conforter une victoire qui se révèle moins large que celle espérée. A cela 3 raisons, le vote abstentionniste de premier tour favorable à Nicolas Sarkozy, le report des voix de l'extrême droite plus consistant vers le candidat sortant et surtout la consigne de vote tardive de François Bayrou, très mal suivie.

Trois éléments à prendre en compte au moment où se décident les orientations des législatives, pour donner au nouveau président les leviers parlementaires de son action. Cela pose une nouvelle fois, et peut être enfin, la question du centre, de son autonomie, mais surtout de son projet, qui ne peut se complaire dans des mots et des postures, au moment ou le plus grand rassemblement national possible est indispensable. C'est en ce sens que nous parlons d'un pôle démocrate, écologiste et républicain, ancré dans la nouvelle majorité présidentielle, non pas en vigie vétilleuse, ou en "cheval de Troie" de la défunte UDF, mais en force de proposition responsable et inscrite dans la durée.

Ce centre a impérativement besoin de faire de la dimension écologique le nœud de la troisième voie parce qu'elle constitue la base de la troisième révolution industrielle. Or, sans relance de la production, sans transition énergétique et économique, sans décentralisation, il n'est pas possible de changer le modèle de développement pour relancer l'emploi tout en s'inscrivant dans la durée. L'écologie a impérativement besoin d'être au centre de l'échiquier politique pour convaincre le plus grand nombre à la fois de la nécessité du changement et de sa possibilité. L'écologie politique doit s'inventer comme force de proposition constructive et modérée pour être acceptée par le plus grand nombre. Elle doit être une écologie positive qui n'est plus contre tout mais pour le bien de tous. Une telle force doit être populaire, comprise comme un bénéfice partagé, inscrit dans le quotidien de chacun. C'est parce que nos concitoyens percevront clairement qu'ils sont gagnants à être écologistes que notre pays avancera dans la bonne voie. C'est pour cela que cette écologie est centriste, non un centre mou mais une vision politique innovante et radicale car allant à la racine des choses: la vie, la chance de vivre ensemble, de partager, l'espoir de donner à nos enfants un monde meilleur. En un mot, nous devons par cette écologie là, redonner un sens au mot bonheur. 

Nous avons une chance historique à double titre. Les 5 années qui viennent seront décisives pour notre pays et l'Europe, pour assurer à la fois le maintien de notre rôle majeur dans le monde et la pérennité de notre modèle social et humaniste. Nous devons collectivement gagner la bataille et faire de l'Europe un sujet de fierté. En second lieu, pour les écologistes, c'est le moment ou jamais d'adopter une attitude positive et constructive et le faire dans le cadre d'un vaste rassemblement responsable, clairement dans la majorité présidentielle et ouvert sur toutes les femmes et les hommes partageant nos valeurs.

Corinne Lepage 

Députée Européenne

Présidente de CAP21

Article initialement paru dans le Huffington Post France

Repost 0
Published by Corinne LEPAGE - dans Politique
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 11:51
Pour une écologie constructive

Telle pourrait être la question suite au très faible score d'Eva Joly (inférieur au score cumulé de Dominique Voynet et José Bové en 2007) et la quasi absence des thèmes environnementaux dans cette campagne. Une chose est certaine: il faut en parler autrement!

C'est un des enseignements à tirer, notamment des 17,9% de Marine Le Pen. Il ne s'agit évidemment pas de reprendre l'approche de ces sujets ou d'autres par le FN. Non, il s'agit de comprendre les 17,9% de Françaises et de Français, inquiets pour leur avenir, qui ont voté pour la candidate d'extrême droite. L'écologie ne leur parle pas parce qu'aujourd'hui ils n'y voient qu'un "truc de bobo", des taxes en plus, des libertés en moins et des histoires lointaines, dans le temps (le réchauffement climatique, c'est dans 50 ans) et dans l'espace (la forêt amazonienne, c'est loin).

Mais personne ne les a prévenu que dans les mois qui viennent, le risque d'un baril de pétrole à 300 dollars ferait d'eux les premières victimes sociales de la crise écologique, dopée par les conflits géostratégiques.

Ce sont eux qui n'auront d'autre choix que de prendre leur voiture pour arracher un maigre salaire et de voir une part croissante de ce salaire engloutie dans l'achat de carburant. Ce sont eux qui verront le prix du chauffage flamber et qui, pour tenir, devront faire de nouveaux sacrifices. Je ne parle pas des vacances, qu'ils ne prennent déjà plus depuis longtemps, mais de la nourriture de faible qualité qu'ils devront acheter, détruisant un peu plus une santé déjà mise à mal par la pollution locale.

Leurs maladies cardio-vasculaires, l'obésité de leurs enfants, les fumées des véhicules diesel dans leurs poumons seront alors autant de fatalité demain que l'est aujourd'hui le chômage conséquences des délocalisations et des considérations boursières.

Oui, il existe une autre écologie, celle qui aide à vivre mieux. Cette écologie-là, anticipe les crises énergétiques à venir pour que vous n'ayez pas à payer, demain, les inconséquences d'aujourd'hui. Cette écologie crée des emplois locaux et vous donne accès à une consommation de qualité à des prix abordables. Elle n'existe pas pour vous contraindre mais pour vous faire accéder au meilleur, pour vous et vos enfants. Cette écologie-là n'est pas une mauvaise nouvelle pour l'avenir, elle est votre avenir, en positif.

Elle vous permet d'acheter des produits bios, produits localement, par des paysans de votre région, qui gagnent convenablement leur vie. Elle crée de nouveaux emplois locaux, non délocalisables, en misant sur la 3e révolution industrielle qui lie transition énergétique et économie de la connaissance. Elle donne accès à un environnement sain, qui permet aux adultes de vieillir dans de bonnes conditions et aux enfants de grandir, sans être confrontés à des problèmes de santé dès leur plus jeune âge.

J'ai longtemps, moi-même, été des combats contre les excès d'une société industrielle et matérialiste qui ne cherchait que la maximisation des profits. Mais être contre ne donne pas d'espoir. Pire encore, le tableau noir d'un futur sans avenir alimente le malaise diffus de notre société et favorise la montée du FN.

Nous devons inventer une autre écologie, une écologie positive et dynamique qui donne à chacune et à chacun l'espoir. Une écologie du quotidien qui anticipe les crises à venir, en particulier pour les plus faibles.

La crise énergétique est devant nous. Que le Moyen-Orient s'enflamme et l'essence sera hors de prix! Nous devons anticiper cette situation et sortir de notre addiction au pétrole avec des solutions concrètes. C'est un impératif autant économique que social! N'oublions pas 2008 et ces salariés qui brûlaient leur salaire dans les moteurs de leur voiture pour aller travailler. Ils dépensent plus, aujourd'hui, pour gagner moins. Plus pauvres encore, ils iront vers le FN qui leur chantera la complainte du "c'était mieux avant"... En oubliant que ni le retour au franc, ni la chasse aux immigrés, ni le repli sur nos frontières ne feront baisser le prix de l'essence.

Nos marges de manœuvre sont faibles car nous sommes endettés. C'est la raison pour laquelle les propositions doivent être réalistes et répondre à tous les impératifs simultanément. L'écologie doit changer pour intégrer le possible mais elle doit aussi changer l'image qu'elle renvoie aux autres pour qu'ils modifient leur souhaitable.

Nous pouvons, ensemble, inventer un autre monde et définir notre avenir en commun. C'est ce "nous" qui est notre force et notre salut.

Repost 0
Published by Corinne LEPAGE sur Huffington Post - dans Politique
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 22:01

logo-CAP21-sigleweb.jpgLe résultat de ce premier tour de l’élection présidentielle appelle plusieurs enseignements :
- Le vote écologiste a disparu ce soir des écrans radars, traduisant un échec cuisant de la campagne conduite par Eva Joly et les Verts. Les causes de cet échec devront être tirées. Inévitablement, il conviendra de reconstruire l’écologie politique sur de nouvelles fondations.
- Le vote en direction de Marine Le Pen continue à souligner un niveau élevé de défiance des Français en direction des politiques et l’urgente nécessité de réponses novatrices aux détresses sociales vécues par nos concitoyens, jeunes et moins jeunes, dans les grands centres urbains et en milieu rural. Le futur Président de la République aura une responsabilité importante pour remettre l’éthique et la confiance des citoyens au cœur de l’action politique.
- L’arrivée de François Hollande en tête du premier tour démontre la volonté de changement des Français pour une politique de redressement nouvelle dans laquelle les solutions écologiques auront à prendre toute leur place. C’est dans ce sens que Corinne Lepage, présidente de CAP21 a lancé l’appel d’un rassemblement écologiste démocrate et républicain au premier tour de l’élection.
Au deuxième tour, Corinne Lepage et CAP21 appellent les électeurs et les personnalités démocrates et écologistes à se rassembler pour élargir la majorité présidentielle à venir et constituer un pôle écolo-démocrate constructif capable de fédérer les forces vives de la nation pour engager le pays dans le relèvement du plus grand défi de notre ère : l’indispensable transition énergétique de nos sociétés et de notre modèle économique tout en garantissant une réelle justice sociale.

Repost 0
Published by CAP21 - dans Politique
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 13:25

 

abstention aacc2012

thumb.php.jpg


Repost 0
Published by cap21npdc - dans Politique
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 14:31

Transparency-International-France.gifHuit candidats ont pris des engagements précis en réponse à nos 7 propositions pour renforcer l’éthique de la vie publique. Seules Marine Le Pen et Nathalie Arthaud manquent à l’appel. 

Nous vous encourageons  à comparer et à tenir compte des programmes des candidats sur ces questions essentielles pour l’avenir de notre démocratie.

Indépendance de la justice : le sujet qui fait le plus débat

Dans leur ensemble, les candidats sont favorables à la plupart de nos propositions. La proposition qui divise le plus concerne l’institution d’un Procureur Général de la Nation. Si tous les candidats reconnaissent la nécessité d’une justice indépendante, les avis divergent quant à la meilleure manière d’y parvenir.

Des réserves sont également exprimées par certains candidats, tout particulièrement Nicolas Sarkozy, sur nos propositions relatives au cumul des mandats et au contrôle citoyen de l’action publique.

Enfin, concernant la prévention des conflits d’intérêts, si tous les candidats se sont prononcés en faveur de déclarations d’intérêts précises pour tous les élus, ils sont plus réticents à mettre en œuvre cet engagement. Ainsi, tous n’ont pas rendu publique leur déclaration d’intérêts comme nous les y avions invités. 

Nous nous engageons à suivre la mise en œuvre des engagements par le ou la candidat(e) élu(e).

La moralité de la vie publique est un sujet aujourd’hui présent dans les programmes de la plupart des candidats à l’élection présidentielle, ce qui constitue une avancée notable par rapport à 2007. Reste à savoir si le ou la candidat(e) qui sera élu(e) le 6 mai mettra effectivement en œuvre ses engagements. Trop souvent par le passé, les engagements des responsables politiques en sont en effet restés aux effets d’annonce.

Comme nous l’avons fait pour le quinquennat de Nicolas Sarkozy, nous suivrons attentivement la mise en œuvre des engagements pris et publierons un bilan des actions mises en œuvre par le prochain Président de la République. 

>> Visualisez ici le tableau répertoriant les réponses des candidats

 >> Visualisez ici le comparatif des engagements, thème par thème

NdlR : Transparence International France est la section française de Transparency International (TI), la principale organisation de la société civile qui se consacre à la transparence et à l’intégrité de la vie publique et économique.

À travers l’action de plus d’une centaine de sections affiliées réparties dans le monde et de son secrétariat international basé à Berlin, en Allemagne, TI sensibilise l’opinion aux ravages de la corruption et des autres formes d’abus de pouvoir et travaille de concert avec les décideurs publics, le secteur privé et la société civile dans le but de la combattre.

Les valeurs défendues par TI sont la transparence, la responsabilité, l’intégrité, la solidarité, le courage, la justice et la démocratie. Nous agissons en citoyens, sans esprit partisan ni sectarisme.

Repost 0
Published by Transparence I. France - dans Politique
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques