Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Prévision Météo

Sites à utiliser ... sans retenue

Corinne Lepage présente sa campagne présidentielle et ses propositions sur le site www.corinnelepage.fr et a créé aussi le site "à vos droits citoyens" avec 10 propositions mises en débat pour renouveler notre constitution et donc le fonctionnement de notre démocratie www.avosdroitscitoyens.fr

Le site sur les gaz non conventionnels et les risques liés à leur exploitation créé par CAP21 : http://deleaudanslegaz.com

25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 07:00

Deux géants de l'industrie allemande, le fabricant d'éoliennes REpower Systems et l'exploitant RWE, viennent de signer un contrat de fourniture de 250 éoliennes pour contruire un parc éolien en mer. Baptisé "Innogy Nordsee 1", il doit voir le jour au large des côtes de Basse-Saxe au nord de l'Allemagne et doit atteindre près de 1 000 MW de puissance.

Le parc éolien Innology Nordsee 1 promet d'être gigantesque. La puissance installée sera proche de 1 000 MW, soit de l'ordre de grandeur de la puissance nominale d'un réacteur nucléaire. Sachant qu'un réacteur fonctionne 90 % du temps à plein régime et une éolienne en mer fonctionne de environ 35 % du temps à sa puissance maximale.

 


D'après un communiqué de RWE, le contrat s'élève à environ 2 milliards d'euros, soit "l'un des plus importants de l'histoire de l'énergie éolienne". Les 30 premières éoliennes doivent être délivrées en 2011 puis progressivement entre 2012 et 2015. La plupart seront destinées au parc éolien de Innogy Nordsee 1 qui verra le jour à 40 kilomètres des côtes.

 


Voir la suite

NdlR : Dans certains pays, comme l'Allemagne, on préfère les sources d'énergie renouvelables comme l'éolien au développement de technologies de production d'électricité, comme le nucléaire, basées sur des ressources non renouvelables et laissant des déchets dangereux à très long terme comme cadeau pour les générations futures !

Repost 0
Published by A.Lianes, DD Magazine - dans Energie
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 08:42

Alors que la France a présenté en novembre 2008 son plan de développement des énergies renouvelables, Actu-environnement.com revient sur la filière éolienne, les espoirs qu’elle suscite, les polémiques qu’elle provoque et les évolutions prévues.

Voici les rubriques du dossier d'Actu-Environnement :






Repost 0
Published by Actu Environnement - dans Energie
commenter cet article
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 08:17

IRENA = International Agency for Renewable Energies

La France a trainé les pieds pendant longtemps mais rejoint maintenant les pays occidentaux et y d'autres pays du monde pour soutenir grace à cette agence le développement des énergies renouvelables. M.E.

Cette information d'après Actu Environnement (http://www.actu-environnement.com) :


La France a décidé de rejoindre l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), officiellement créée le 26 janvier à Bonn, malgré des réticences en raison notamment du choix de l'anglais comme seule langue de travail.


Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du Territoire, a signé hier avec plus de 75 pays le traité fondateur d'IRENA, à l'occasion d'une conférence inaugurale qui a rassemblé plus d'une centaine de pays à Bonn.

Initiative de l'Allemagne, du Danemark et de l'Espagne, l'IRENA, avec un budget annuel de 25 millions de dollars, aura pour mission de conseiller et de soutenir les pays industrialisés et en développement pour qu'ils augmentent la part des énergies renouvelables dans leur production d'énergie. Elle devra leur fournir des informations fiables et aider à créer un environnement politique plus propice au développement des EnR : le solaire, l'éolien, la biomasse, la géothermie ou encore les biocarburants.

Voir la suite

Télécharger la brochure de présentation d'IRENA
Repost 0
Published by Actu Environnement, R.Boughriet - dans Energie
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 08:32

Voici une étude dont Libération donne quelques éléments et qui remet les pendules à l'heure sur le plan du diagnostic de notre système de production d'électricité :


Avec l’hiver vient la saison du chauffage. Au bois, au gaz, au fioul, mais aussi au radiateur électrique, ce qui a le don de faire grimper les consommations en période de pointe. Comme chaque fois en cette période de l’année, ces pics de consommation imposent d’importer de l’électricité venue d’Europe. Et celle-ci, produite à partir d’énergies fossiles, n’est pas faiblement émettrice en CO2.

Quel est l’impact de la vague de froid sur les consommations électriques françaises ?

En hiver, la puissance électrique appelée est presque trois fois plus élevée le jour le plus chargé que le jour le moins chargé de l’été. On a donc besoin des vieilles centrales au fioul, dont EDF vient de remettre 2 600 mégawatts en service, parce qu’on manque cruellement d’électricité de pointe. Depuis 1990, la part des énergies fossiles dans l’électricité a crû de près de 25 %. En parallèle, les importations de courant, essentiellement à base d’énergies fossiles, ne cessent d’augmenter. La France est ainsi devenue importatrice nette de courant charbon allemand.


Voir la suite


Mycle Schneider est consultant international en matière d’énergie et de nucléaire. Il vient de rendre un rapport au Parlement européen sur le mythe de la politique énergétique française.

NdlR Le journal Le Monde rapportant une dépèche AFP nous rappelle que la politique énergétique des années passées a conduit à faire équiper massivement les ménages en chauffage électrique avec les conséquences visibles et critiques aujourd'hui : le froid actuel conduit à un record de consommation d'électricité  !


Voir l'article du Monde



Repost 0
Published by LAURE NOUALHAT, Libération - dans Energie
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 15:20

L'hydrogène est un des vecteurs énergétiques les plus prometteurs pour se substituer aux classiques carburants d'origine fossile. Voici un pas décisif qui rencontre notre agrément puisque la voie envisagée est l'utilisation d'une source d'énergie renouvelable : le soleil.

Des chercheurs du Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR) sont parvenus à synthétiser de l'hydrogène grâce à de l'énergie solaire et sans émission de CO2 dans une installation pilote de 100 kilowatts, située en Espagne.


L'énergie solaire est, de loin, la forme d'énergie la plus largement disponible sur Terre. L'hydrogène est, quant à lui, une source d'énergie particulièrement intéressante, compte tenu de sa densité énergétique, d'autant que sa combustion ne libère que de la chaleur et de l'eau. Le succès des chercheurs du DLR ouvre de nouvelles possibilités de stockage de l'énergie solaire sous forme d'hydrogène.


Le département de recherche solaire de l'Institut de thermodynamique technique du DLR travaille depuis plus de 6 ans au développement de réacteurs innovants pour la décomposition thermochimique solaire de l'eau, dans le cadre des projets européens HYDROSOL I et II. Dans ces réacteurs, l'eau est clivée en hydrogène et oxygène à l'aide d'énergie solaire, sans passer par la production de courant électrique. Les résultats de leurs recherches, obtenus jusqu'à présent dans des installations de 10 kilowatts, ont désormais pu être observés avec succès pour une puissance de 100 kilowatts.


Voir la suite

Repost 0
Published by Claire Nicolas, Notre Planète Info - dans Energie
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 08:00

80 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe proviennent encore du secteur de l’énergie, ainsi que le souligne un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement rendu public aujourd’hui. Ce secteur continue à avoir un impact important sur l’environnement, même si l’amélioration de l’efficacité de la production d’électricité et de chaleur, l’augmentation de la part des énergies renouvelables, ainsi que le remplacement du charbon et du pétrole par le gaz contribuent peu à peu à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique en Europe.

Le rapport 2008 Energie et Environnement (disponible sur le site web de l’AEE) confirme que si les Européens se contentent des politiques et mesures actuelles, la consommation d’énergie augmentera de 26 % d’ici 2030 – et les combustibles fossiles resteront la source principale d’approvisionnement. «Continuer ainsi n’est plus une option acceptable pour le système énergétique», a déclaré le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’AEE, lors de la présentation du rapport au Parlement européen, aujourd’hui à Strasbourg. L’évolution vers une société à faible émission de carbone «ne se fait pas assez rapidement pour assurer l’avenir de notre environnement», a-t-elle affirmé.

«L’énergie provenant de combustibles fossiles est la cause première des changements climatiques induits par l’homme», a expliqué le professeur McGlade lors de la rencontre parlementaire conjointe sur l’énergie et le développement durable qui s’est tenue aujourd’hui. «L’engagement de l’Europe en faveur d’une économie post-carbone et des énergies durables et renouvelables est primordial pour la sécurité énergétique et la lutte contre les changements climatiques» a-t-elle encore ajouté.

Le rapport 2008 Energie et Environnement met en avant des points positifs concernant la croissance du secteur des énergies renouvelables et son potentiel de réduction des émissions et d’amélioration de la qualité de l’air. En 2005, les sources d’énergie renouvelables ne représentaient néanmoins que 8,6 % de la consommation finale d’énergie en Europe - encore bien loin de l’objectif de 20 % que s’est fixé l’UE pour 2020.

Autres conclusions clés du rapport:

  • Les ménages européens ont augmenté leur consommation d’électricité de 31 % ces quinze dernière années, malgré une hausse moyenne de 17 % du prix de l’électricité pour l’utilisateur final par rapport au milieu des années 1990.
  • Plus de 54 % de l’énergie utilisée en Europe en 2005 provenaient d’importations hors UE. La Russie est le plus grand exportateur d’énergie vers l’UE, fournissant ainsi 18,1 % de la consommation totale d’énergie primaire de l’UE-27 en 2005.
  • Entre 1990 et 2005, l’UE-27 a connu un taux de croissance moyen du PIB de 2,1 %, tout en réduisant ses émissions de CO2 liées à l’énergie de quelque 3 % au total. Pendant la même période, les émissions de CO2 ont augmenté de 20 % aux États-Unis et ont doublé en Chine.


Télécharger le résumé du rapport (français)


Télécharger le rapport complet (anglais)

Repost 0
Published by European Environmental Agency - dans Energie
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 10:52

« Les tendances actuelles dans l’approvisionnement et la consommation d’énergie sont manifestement non soutenables - écologiquement, économiquement et socialement. Elles peuvent et doivent être modifiées », avertit Nobuo Tanaka, le directeur exécutif de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE).

Mettant en garde contre les tensions prévisibles en raison du déclin accéléré des gisements et de la hausse de la demande - il faudra mettre en production l’équivalent de 6 Arabie Saoudite d’ici 2030 - il estime que « l’ère du pétrole bon marché est terminée. » Sur le volet de la lutte contre le réchauffement climatique, les difficultés ne s’annoncent pas moindres. Même si les pays de l’OCDE réduisaient à rien leurs émissions, la limite des 450 ppm d’équivalents-CO2 serait malgré tout dépassée.

Extraits du dernier rapport de l’Agence (World Energy Outlook 2008), voici les faits, les chiffres et les tableaux qui décrivent l’ampleur de la tâche.

Voir la suite

Repost 0
Published by Contre Info - dans Energie
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 08:00

L'industrie éolienne mise désormais aussi sur l'offshore : les vents marins constituent en effet un réservoir d'énergie important, notamment en France. Mais de nombreux défis restent à relever afin d'accélérer le développement de l'éolien en mer.

Alors que dans le monde entier l'industrie éolienne terrestre augmente ses capacités de production, de nombreux acteurs font également le pari de l'offshore. La ressource éolienne est en effet bien meilleure en mer qu'à terre.

En 2006, le parc éolien offshore mondial était de 900 MW exclusivement situés en Europe, soit 2 % du parc éolien total. Si aujourd'hui, le Royaume-Uni et le Danemark font la course en tête, de nombreux autres pays rivalisent de projets de parcs éoliennes offshore. En France, le Grenelle de l'environnement préconise une multiplication par 4 des éoliennes et par 10 de la puissance installée, soit une capacité de production électrique de 25.000 MW dont 6.000 MW d'offshore, pour parvenir à l'objectif de 20 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) d'énergies renouvelables supplémentaires en 2020. L'Allemagne envisage quant à elle de construire une trentaine de parcs éoliens en mer du Nord et en mer Baltique d'ici 2030 pour une puissance de 25 000 MW.

Pourtant, cette industrie a de nombreux défis à relever avant de pouvoir compléter les mix énergétiques européens. D'un point de vue technique, les installations offshore ont dans un premier temps été développées à partir des modèles terrestres, malgré la différence de contextes. Les éoliennes situées en mer sont pourtant soumises à des conditions météorologiques difficiles. Mais de larges progrès technologiques ont été réalisés ces derniers temps et les constructeurs développent aujourd'hui des machines adaptées aux conditions en mer. Les procédures administratives, les réseaux électriques sont également à adapter à ce type de production électrique. Les obstacles techniques qui restent à lever sont de taille…


Voir la suite

Repost 0
Published by S.Fabregat, Actu Environnement - dans Energie
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 09:10

Le nouveau paradigme énergétique consiste à concevoir le ''système énergétique'' comme englobant non seulement le secteur énergétique (offre), mais également la consommation d'énergie (demande), de façon à obtenir un service énergétique optimal en termes de ressources, de coûts économiques et sociaux et de protection de l'environnement local et global, selon Bernard Laponche, consultant indépendant et expert en politique énergétique.



Actu-Environnement : Sur quel modèle fonctionne actuellement le système énergétique ?

Bernard Laponche : L'approche classique du paradigme énergétique a été de considérer la question énergétique comme concernant uniquement l'offre d'énergie, celle-ci devant répondre à une demande toujours croissante, aux meilleures conditions d'approvisionnement et de coût. À une croissance de la demande considérée comme illimitée devait correspondre une croissance similaire de l'offre.

À la suite de la révolution industrielle, l'énergie est devenue un enjeu économique et stratégique majeur, symbole et mesure du succès du développement, aussi bien dans les pays à économie capitaliste que dans les pays à économie planifiée et centralisée : le progrès économique devait se mesurer par l'augmentation régulière et illimitée de la production et de la consommation de charbon, de pétrole, de gaz, d'électricité… Les crises de l'approvisionnement pétrolier des années 70 (les ''chocs pétroliers'') ont été révélatrices sur plusieurs plans. Il y a eu prise de conscience que les ressources énergétiques fossiles ne sont pas illimitées, que leur consommation sans précaution entraînerait leur raréfaction et l'augmentation de leur coût, que la concentration des ressources les plus importantes dans certaines zones géographiques peut entraîner de graves crises économiques et politiques.

Malgré cet avertissement et les menaces sur l'environnement global qui se confirment année après année, la poursuite des tendances actuelles selon le paradigme de priorité à l'offre d'énergie conduit à l'impasse du développement, accentue les inégalités entre pays riches et pays pauvres et contribue à la fracture sociale.

...


Voir la suite

NdlR : Bernard Laponche est ingénieur de l'Ecole Polytechnique et Docteur ès Sciences. Il a été ingénieur au CEA (Commissariat à l'Energie Atomique), directeur général de l'AFME, l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie remplacée depuis par l'Ademe et conseiller de Dominique Voynet. Auteur de Maîtriser la consommation d'énergie, éditions Le Pommier, 2004, il est désormais consultant indépendant.






Repost 0
Published by Agnes Sinaï, Actu Environnement - dans Energie
commenter cet article
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 08:28

L'Union europénne souhaite promouvoir les énergies renouvelables à hauteur de 20% d'ici 2020, mais plusieurs études dénoncent les coûts réels de l'éolien. Le point sur les énergies renouvelables avec Raphaël Claustre, directeur du Comité de Liaison des énergies renouvelables (CLER).

Quelle part réaliste pour les énergies renouvelables d'ici 2020?

L'objectif de 20% choisi par la Commission est tout à fait réaliste, il faut simplement s'en donner les moyens. C'est pas forcément simple car il s'agit de développer toutes les énergies renouvelables dans les secteurs de l'électricité, de la chaleur ou du transport. Actuellement, les énergies qui explosent sont celles de l'éolien et de la biomasse. En 2020, ce sera le photovoltaïque, -l'électricité faite à partir du soleil nldr- et l'éolien off-shore, c'est-à-dire l'éolien sur mer.

...

Voir la suite
Repost 0
Published by L'Express - dans Energie
commenter cet article

Partenariats

CAP21 Nord Pas-de-Calais participe aux collectifs  régionaux :

- Sortir du Nucléaire,

- Contre l'exploitation des gaz de couche.

  • A Lille au Collectif "Place aux piétons et pour la mobilité douce"  pour une piétonnisation de la Grand Place de Lille dans un contexte de mobilité incitant à l'utilisation de transports doux (marche, vélo,...).
  • A Lesquin au Collectif "Lesquin Objectif 0,6" dans le cadre d'un combat des habitants pour une meilleure protection vis à vis des ondes électromagnétiques.

 

Lecture recommandée

CAP21 NORD PAS DE CALAIS vous incite à lire ces revues de grande qualité :

Revue-Durable-CH-.gif

 

 

Alternatives Economiques